Plus de la moitié des travailleurs belges trouvent la pression du travail trop élevée; c’est ce qui ressort de l’enquête nationale sur le stress d’Omnivit.

1000 Belges ont été interrogés pour cette enquête sur le stress. Ce qui en ressort? Beaucoup d’entre eux jugent la pression due au travail bien trop élevée. Ce stress mènerait à une difficulté de trouver un équilibre entre travail et vie privée.

Le stress au travail

Un Belge sur quatre déclare ressentir du stress quotidiennement au travail, les femmes s’imposant face aux hommes dans ce ressenti (30% contre 21% des hommes). A côté, plus de 3 Belges sur 5, soit 62%, estiment que leur charge de travail est élevée, contre 16% la trouvant faible.

D’une manière générale, le stress au travail est principalement dû à:

  1. Une charge de travail bien trop élevée (43%)
  2. Le comportement de collègues (41%)
  3. Des clients difficiles (30%)
  4. Un manque de reconnaissance (29%)
  5. Des tâches peu claires ou contradictoires (28%)
  6. Des délais trop serrés (26%)

Les résultats montrent que pour 1 Belge sur 10, le niveau de stress constitue une bonne raison pour changer d’emploi et 22% d’entre eux ont déjà considéré l’idée.

Les autres raisons du stress

Les sessions d’évaluation

Près de 2 Belges sur 5, soit 39%, déclarent ressentir davantage de stress lorsqu’ils savent qu‘ils sont évalués sur leurs compétences ou qu’une réunion d’évaluation est prévue. À la différence, 1 Belge sur 4, soit 26%, avoue que ces sessions d’évaluation leur apportent davantage de repos que de stress.

À côté, 35% des Belges qui travaillent disent pouvoir facilement gérer le stress face à leur superviseur.

Les enfants

Presque deux parents sur cinq disent pouvoir toujours ou du moins, la plupart du temps, établir un équilibre entre leur travail et leur famille. Les femmes sont en majorité à déclarer cet équilibre (44% contre 33%).

En revanche, sur les 3 Belges sur 5 avouant leur stress lié au travail, les femmes sont davantage concernées que les hommes (69% contre 47%). De plus, 3 parents sur 5, soit 63%, pensent qu’ils auraient davantage de patience avec leurs enfants s’ils avaient plus de temps libre devant eux. À nouveau, les femmes sont plus nombreuses à avouer cela, 70% contre 58%.

Plus de la moitié des parents qui travaillent (55%) indiquent qu’ils auraient aussi plus de patience avec leur progéniture s’ils avaient moins de stress au travail. Les femmes signalent également cela plus souvent que les hommes (67% contre 45% respectivement).

Les impacts du stress

21% des Belges avouent que ce stress les empêche habituellement ou du moins presque toujours, d’accomplir correctement leur travail et les tâches quotidiennes qui leur sont assignées. 43% d’entre eux expliquent qu’ils éprouvent tellement de fatigue après leur travail qu‘ils n’ont plus le courage pour d’autres activités.

Enfin, environ 25% des travailleurs belges indiquent qu’ils ont déjà pris des médicaments à cause du stress au travail.

À LIRE AUSSI: