La start-up Zipjet a classé 150 villes en fonction du niveau de stress ressenti par la population. Une chouette initiative pour mieux choisir où partir.

Zipjet a analysé toute une série de critères afin d’établir un classement représentatif des villes les plus et les moins stressantes du monde. Le stress étant l’une des causes principales à la détérioration de la santé mentale, il est important d’apprendre à déconnecter en partant en vacances. Mais pas n’importe où!

Bruxellois, fuyez!

Un panel de critères a été analysé avant d’établir le bien-être global de chaque pays et de constituer un classement. Pollution, chômage, circulation, sécurité, tout y passe. Malgré le fait que le classement soit bien utile avant de planifier vos prochaines vacances, il fait mal au coeur quand on est Bruxellois. Alors qu’Anvers s’installe en 68e place, Bruxelles se trouve, à ex aequo avec Rio de Janeiro à la… 119e place.

En effet, la capitale obtient de très mauvais scores dans sept catégories dont le chômage, la santé mentale et la circulation. Ceci dit, il faut voir le bien partout puisqu’en matière de santé physique, Anvers se hisse en 4e place et Bruxelles en 7e.

La Palme revient à… l’Allemagne

Faites vos valises, on déménage chez nos voisins! L’Allemagne peut se vanter d’arriver en première place grâce à Stuttgart et de placer trois autres villes dans le top 10.

Stuttgart, numéro 1

Le reste du peloton de tête se compose principalement de villes européennes. Seule l’Australie représente l’international avec Sydney:

  1. Stuttgart (Allemagne)
  2. Luxembourg (Luxembourg)
  3. Hanovre (Allemagne)
  4. Berne (Suisse)
  5. Munich (Allemagne)
  6. Bordeaux (France)
  7. Édimbourg (Royaume-Uni)
  8. Sydney (Australie)
  9. Graz (Autriche)
  10. Hambourg (Allemagne)

Sans surprise

Au vu du contexte actuel, on ne s’étonne pas de trouver les pays en situation de guerre dans le bas du classement. La capitale irakienne Bagdad caracole en tête suivie de Kaboul (Afghanistan), du Lagos (Nigéria) ou encore de Dakar au Sénégal. Plus étonnant par contre, Damas, la capitale syrienne meurtrie par la guerre et les nombreux attentats, ne figure pas dans ce triste état des lieux.

À lire aussi: