Instagram est votre réseau social préféré? Sachez qu’il est celui considéré comme le plus nocif pour la santé mentale. Et on vous dit pourquoi!

À l’heure ou la perfection physique s’impose comme la norme et où le matérialisme règne en maître, impossible de nier que les réseaux sociaux y ont leur part de responsabilité. Les tendances sur Facebook, Snapchat, Twitter et les autres ont bien souvent tendance à engendrer un manque de confiance et une perte d’estime de soi des internautes, surtout chez les plus jeunes.

D’après une récente étude menée par la Royal Society for Public Health, intitulée #StatusofMindInstagram serait le plus nocif de tous les réseaux sociaux.

Pas si glam’ que ça, Insta!

Pour mener à bien leur recherche, les spécialistes se sont intéressés aux réseaux sociaux les plus populaires parmi lesquels Snapchat, Facebook, Youtube, Twitter et Instagram. Pour cela, ils ont interrogé 1500 personnes âgées de 14 à 23 ans selon plusieurs critères différents – la solitude, la perception de soi, l’anxiété, le stress ou encore le harcèlement.

Il en est donc ressorti qu’Instagram serait le réseau social le plus nocif, plus spécifiquement chez les jeunes femmes. Pourquoi? Parce que la « perfection » physique et matérielle y règne et que les « influenceuses » (faussement) parfaites laissent penser qu’elles ont une vie de rêve, ce qui nuirait gravement à l’estime de soi des jeunes utilisatrices. En plus de ça, scroller plus de deux heures par jour son « feed » provoquerait un sentiment systématique de détresse psychologique chez celles-ci.

Youtube élu le meilleur réseau social

Vous vous demandez surement quel est le réseau le moins nocif pour la santé mentale. Contre toute attente, c’est Youtube! Seule ombre au tableau: il ferait moins dormir. Snapchat, Twitter et Facebook auraient eux aussi leur lot d’impacts négatifs sur la santé mentale car ils accentueraient l’anxiété. Shirley Cramer, la directrice général de la Royal Society for Public Health a déclaré: « Il est intéressant de voir qu’Instagram et Snapchat sont classés comme les plus néfastes sur la santé mentale et le bien-être. Les deux plateformes sont pourtant très axées sur l’image et il semble qu’elles peuvent entrainer des sentiments d’insuffisance et d’anxiété chez les jeunes ».

Les sociétés sanctionnées

Shirley Cramer elle-même a ordonné aux entreprises d’avertir le consommateur quand il passe trop de temps sur le réseau social avec une petite image pop up. Mentionner qu’une image est modifiée sera également obligatoire pour que les jeunes filles sachent faire la différence entre le vrai et le faux pour éviter le sentiment de manque de confiance en soi le plus possible.

Etant donné qu’il est clairement impossible de contrôler tous les utilisateurs, « les marques de modes, les célébrités et autres agences de pub devraient signer une charte déontologique et faire apparaître un avertissement sur leurs photos pour indiquer que les images ont été modifiées », ont précisé les chercheurs. Theresa May, la Première ministre du Royaume-Uni, a elle aussi demandé aux entreprises de protéger davantage leurs jeunes utilisateurs. Une sanction pourrait leur être imposée si celles-ci ne faisaient également rien pour contrer le cyber-harcèlement.

À lire aussi: