Quelques boutons ou autres plaques rouges suffisent pour gâcher notre journée. Jusqu’à quel point notre peau influence-t-elle notre santé mentale?

Un gros bouton rouge se pointe au milieu de notre visage et voilà une journée qui commence mal: on y pense constamment et on tente (vainement) de le cacher à l’aide de maquillage ou de nos cheveux. Le moindre souci dermatologique au niveau du visage peut complètement chambouler notre humeur. Mais mettez-vous dans la peau d’une personne souffrant de rosacée, d’acné sévère ou d’eczéma qui vit ce complexe au quotidien. Selon une étude britannique commandée par E45 et relayée par Elle.uk, 26% des patients souffrant de problèmes de peau reconnaissent être déprimés. Mais pourquoi notre peau joue-t-elle autant sur nos émotions?

First, let me take a selfie

Selon les experts qui ont participé à cette étude, de nombreux facteurs amplifient nos complexes liés à des problèmes dermatologiques comme le manque de considération de certains dermatologues qui ne font pas toujours le lien entre les troubles dermatologiques et la dépression ou le manque d’informations (si l’acné est un problème plus ou moins « accepté » à l’adolescence, bon nombre de patients ne comprennent pas pourquoi ils en souffrent encore au delà des 25 ans). Pourtant, ce trouble de la peau concerne tout autant les trentenaires que les ados. Autre facteur à ne pas négliger, la pression des réseaux sociaux et des selfies. Nous voulons paraître sous notre meilleur jour et le moindre petit défaut au niveau de notre visage représente une véritable catastrophe, surtout si elle se répète au quotidien.

S’accepter, c’est la clé

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Marie Lopez (@enjoyphoenix) le

 « S’accepter avec ses problèmes de peau », un peu facile nous direz-vous. On vous l’accorde, c’est loin d’être évident mais de plus en plus de mouvements grandissent sur Instagram notamment pour redéfinir les canons de beauté et parler des problèmes d’acné, de rosacée ou encore d’eczéma comme les #SKINPOSITIVITY et #REDEFINEPRETTY qui fleurissent sur le réseau social. Peut-être trouverez vous des oreilles attentives qui souffrent du même problème que vous et avec qui vous pourrez parler de votre quotidien!

Puisque malheureusement on ne peut pas toujours faire quelques chose contre ces troubles de la peau, le mieux est de privilégier une bonne alimentation (car oui, la beauté de la peau peut aussi s’améliorer grâce à notre assiette), trouver le bon dermato (pas celui qui vous complexe davantage avec des punchlines violentes et gratuites) et d’éviter de le cacher sous une tonne de maquillage (même si à la rédac’, on a aussi tendance à opter pour cette solution). Et, à chaque fois que vous déprimez devant votre miroir à cause de ce bouton, de cette plaque rouge ou autres taches cutanées, soulignez un aspect que vous appréciez sur votre visage: « Certes j’ai des boutons, mais avez-vous vu ces yeux de biche? ». Promis, ça aide!

Halte aux complexes: