Pour le corps des femmes, il n’y a pas de saison plus impitoyable que l’été. Est-ce qu’il n’est pas grand temps de nous libérer une bonne fois pour toutes de nos complexes?

Dans le tram, en ville ou à la maison: esthéticiennes, personal trainers et gourous des régimes nous sermonnent de nous pré-pa-rer pour l’été. Ils veulent tous nous prendre en main pour nous éviter d’être embarrassées quand nous nous promènerons à moitié nues sur la plage ou à la piscine. La machine industrielle censée produire des «corps de plage» rapporte des milliards. Son carburant? Notre honte.

Bye bye les complexes

01

Soyez plus indulgente envers vous même

« Moche, affreuse, immonde, détestable »: les qualificatifs fusent quand on se regarde dans le miroir. Imaginez un seul instant parler à votre enfant ou votre amoureux de la façon dont certaines femmes parlent d’elles-mêmes: ce serait du harcèlement émotionnel. Et pourtant, c’est le discours que nous nous tenons tout le temps, au moins en pensées, à notre reflet dans le miroir ou en parlant des autres femmes.

02

Apprenez à voir le positif

On trouve facilement en ligne des exercices de pleine conscience et de méditation pour lâcher le poids émotionnel. Sur YouTube, il y a des exercices d’EFT, une technique où l’on fait des affirmations à voix haute tout en tapotant certains endroits du corps. Commencez par de petites choses issues de la psychologie positive. Au lieu de fixer votre attention sur vos défauts, désignez, en conscience, tout ce qui vous plaît chez vous. Ne regardez pas les cicatrices ou vergetures comme quelque chose de mauvais, mais comme la preuve d’une vie vécue. Voyez votre poids et votre taille juste comme des chiffres. Débarrassez-vous même de votre balance. Investissez dans des vêtements dans lesquels vous vous sentez bien. Tenez un journal «waouh», où vous répertoriez ce dont vous êtes satisfaite, mais que vous avez tendance à oublier.

03

Inspirez-vous de l’expérience des autres

Ouvrez-vous et inspirez-vous de l’expérience des autres. Participez par exemple à un atelier comme Chrysalide, réservé aux femmes et destiné à leur faire lâcher-prise, dans une bulle d’intimité, sur leurs «imperfections» et aimer leur corps comme il est, pour ce qu’il est.

  • PROCHAINES DATES: LES 28 ET 29/7, LES 4 ET 5/8 ET LES 11 ET 12/8 À LA RUCHE THÉÂTRE (1 AVENUE MARIUS MEURÉE, À CHARLEROI). WWW.ATELIERSCHRYSALIDE.COM.

Autre source d’inspiration: les influenceuses! Certaines personnalités (mannequin, acteur…), très actives sur Instagram sont de véritables sources d’inspiration en matière de bodypositivisme. Par exemple, la célèbre mannequin « plus-size », Ashley Graham, Paola Torrente une ancienne miss Italie réputée pour ses courbes et son combat pour des miss plus « curvy » ou encore Khrystyana, une mannequin russe devenue très populaire aux USA après avoir participé à un reality show animé par la fameuse Tyra Banks. La jeune femme publie chaque jour des stories inspirantes pour ouvrir le monde sur le bodypositivisme. Elle donne également des conférences aux 4 coins du monde pour sensibiliser les jeunes sur le harcèlement.

04

Suivez la thérapie de l’exposition

Pour citer Oprah Winfrey: «Éloignez-vous des filles qui font des commentaires et cessez de vous sentir mal à propos de votre corps. Dites adieu à votre critique intérieur et soyez plus indulgente, pour vous et pour les autres.» La positivité corporelle va bien plus loin que la publication de photos de vos imperfections sur les médias sociaux. Il s’agit de laisser la honte derrière soi, de développer un regard plus global sur sa personne. Il s’agit de bien- être et d’acceptation de soi.  Pour en revenir à la plage, posez-vous cette question: combien de semaines par an vous baladez-vous nue? Deux semaines, trois si la météo y met du sien? Ajoutons que tout le monde ne passe pas l’été à la Costa Brava habillé de trois bouts de tissu et qu’on ne visite pas une cathédrale ou un marché en bikini. Alors, pourquoi on s’excite? Et si vous allez effectivement à la plage, pensez à la thérapie de l’exposition. Il n’y a aucun autre endroit au monde où la diversité du corps humain est aussi visible. C’est à la plage qu’on aperçoit des corps de toutes les formes, des jeunes, des vieux, des gros, des minces, avec ou sans cheveux, avec ou sans bourrelets.

Poursuivez votre lecture