Fatigue extrême, motivation zéro, pieds de plomb… Le lundi est souvent vu comme une épreuve insurmontable chaque semaine, mais pourquoi?

Le plus triste dans tout ça, c’est certainement le fait que nous sommes condamnés à vivre les lundis chaque semaine et ce, jusqu’à notre mort. Réjouissant, n’est-ce pas? Une étude menée aux Etats-Unis nous dévoile pourquoi il est si difficile de se réveiller le lundi matin. En ligne de mire du problème? Le sommeil, pardi!

Le jetlag du week-end

Ce sont près de 3000 personnes qui ont été interrogées par des chercheurs américains sur le sujet. 30% des sondés déclarent avoir des difficultés à s’endormir le dimanche soir, ce qui aurait un impact direct sur leur réveil le lendemain matin. Selon Michael J.Breus, spécialiste du sommeil, cette difficulté à s’endormir viendrait en réalité du phénomène de « jetlag » du week-end. Par là, entendons que le rythme de vie est décalé.

En fait, on a tendance à aller dormir plus tard le week-end, soit le vendredi et le samedi soir. De cette manière, le corps est déréglé et notre horloge biologique perturbée. A côté de cela, le stress de reprendre le travail peut également constituer une explication aux troubles du sommeil la veille d’un lundi.

Le lundi, vraiment le pire jour?

Selon une enquête menée par un journaliste du Slate, Robin Panfili, le lundi ne serait pourtant pas le pire jour de la semaine. D’ailleurs, dans ses recherches, il cite une étude menée en 2012 par Arthur A. Stone, professeur américain de psychiatrie et expert en science du comportement à la Stony Brook University.

Selon lui, « le lundi n’est pas moins plaisant que les trois jours suivants, et juste un peu moins joyeux que le vendredi. […] Le passage d’un dimanche plaisant vers un lundi ordinaire constitue le plus grand changement d’humeur de la semaine pour une personne qui travaille durant cinq jours. Donc, lorsque nous pensons à l’humeur des différents jours de la semaine, nous réagissons davantage aux modifications plutôt qu’aux niveaux absolus de l’humeur quotidienne.»

Le lundi n’est donc pas le seul jour où il serait difficile d’affronter la vie. Eh oui, au terme d’une enquête menée en 2010 par des chercheurs de la London School of Economics, le mardi serait bien plus traitre que le lundi«Il est probable que le lundi, l’esprit du week-end ne nous a pas encore complètement quittés» mais «à partir du mardi, nous sommes en plein dans la semaine de travail et le week-end suivant n’est pas encore en vue».

De quoi nous donner envie de dédiaboliser le lundi et le fameux « Blue Monday » qui nous colle à la peau chaque début de semaine!

A LIRE ÉGALEMENT: