Qui a dit que la fatigue et la dépression était réservées aux mois hivernaux? Plusieurs études évoquent l’existence d’un burn out estival.

Vous êtes déprimée sans aucune raison apparente? Vous écoutez du Adèle en boucle en contemplant les vagues pendant que les autres se déhanchent sur le dernier tube de Justin Bieber? Si on ne peut plus accuser Mercure en rétrograde, les experts pointent du doigt un pic de burn-out estival.

Vous sentez le burn out arriver? Surveillez ces 5 signaux qui doivent vous alarmer.

Summertime sadness

Vous êtes habituellement ce qu’on appelle une fille de l’été. Robes colorées, soirées barbecue entre amis et spritz à gogo: vous adorez cette saison que vous attendez toujours avec impatience. Mais cette année, il se peut que votre période favorite de l’année n’aie pas la même saveur. Sans en connaître la raison, vous vous réveillez épuisée et plus déprimée que la veille. Vous souffrez peut-être d’hypersensibilité? Et si on vous disait que vous n’étiez pas la seule? Les experts ont constaté un pic de blues pendant cette période. Un phénomène qui a même été épinglé par… la chanteuse Lana del Rey qui s’étonnait de voir remonter son ancien titre Summertime Sadness dans le top des charts.

Plusieurs raisons

Selon les scientifiques, la déprime estivale toucherait habituellement environ 5% de la population, mais elle s’accentuerait en période de canicule. En effet, la lumière et les fortes chaleurs influencent la qualité de notre sommeil. Comme nous dormons moins bien que d’habitude, nous sommes plus irritables et nous manquons cruellement d’énergie. Autre facteur à prendre en compte selon The Guardian, la surcharge de travail lié au départ des collègues. À cause de ce travail supplémentaire, nous n’avons plus d’équilibre entre notre boulot et notre vie privée. Cette fatigue extrême se manifeste physiquement, mais aussi mentalement. Vous pouvez avoir envie de pleurer plus souvent et vous êtes plus irritable.

Autres facteurs à prendre en considération, notre production de mélatonine (qui est en plein pic pendant les mois d’été, ce qui peut perturber notre cycle habituel) ou encore nos complexes. En effet, l’été rime souvent avec tenue légère et les complexes reviennent souvent à la charge. Pas étonnant donc sachant qu’un Belge sur 4 complexe à l’idée de se mettre en maillot de bain

La peur de la rentrée joue aussi grandement sur notre moral. On anticipe le retour du mois de septembre et on est plus anxieux. Comme si la déprime du dimanche soir durait tout un été…

Faites face à la déprime!