S’ils tentent par milliers de gagner leur place sous les feux de la rampe de lancement, la plus grande récompense n’est pas la première place.

En mai, GAEL accueille Maureen Louys en tant que Guest dans ses pages: après la magnifique finale de la 7ème saison de The Voice Belgique qui a vu le couronnement de Valentine Brognion, la rédac’ revient sur le parcours de plusieurs figures marquantes de ce show musical. 

Vous ne trouvez pas votre ancien chouchou dans la liste? Voici d’autres témoignages!

This is the Voice!

Woody Wittock, Live 2018, 30 ans, Bruxelles

« Avec Slimane et un autre garçon, Gaël, on était des bêtes de concours, on se retrouvait de casting en casting, on partageait la même passion, la même galère. De loin en loin, une amitié s’est tissée. Chacun menait sa barque. Moi, à un moment, j’en ai eu marre de tout ça, j’ai fait une pause. Slimane a enfin décroché le gros lot qu’il méritait. Quant à Gaël, il nous a quittés prématurément, il y a trois ans. Si je suis là aujourd’hui, c’est pour honorer mon rêve d’enfant mais aussi pour les copains, Slimane, qui est là, et Gaël, qui n’est plus. »

Collin De Bruyne, premier Live, 39 ans, Hélécine

« Nous sommes de vrais candidats en audition, mais aussi les acteurs de cette aventure visuelle. Il y a une part de divertissement et donc de mise en scène, de surjeu. C’est une composante importante que j’ai eu du mal à assumer. Gagner, c’est une affaire de talent, mais aussi de popularité: il faut faire impression, marquer le public. J’aurais souhaité avoir une attitude plus mature et jouer un peu plus le jeu de la séduction… Cela m’a appris à être moins rigide sur mes principes. L’art comporte aussi une part de spectacle, c’est à moi de me mettre au service de ce spectacle et de concilier mes attentes avec celles du public. »

Emilio Amico, deuxième Live, 17 ans, étudiant, La Louvière

« J’aime être hyper préparé;
 or, la chanson, c’est tout
 le contraire: pour que ça marche, il faut être dans l’instant, accepter de se mettre à nu. Je me suis mis beaucoup de pression et c’est mon seul regret. J’aurais aimé davantage lâcher prise et profiter du moment. Le meilleur conseil, je l’ai reçu de BJ Scott, qui m’a dit: «Tu dois chanter pour partager une émotion, pas pour plaire.» Cette leçon m’accompagne encore aujourd’hui. »

Plus de témoignages dans le nouveau GAEL de mai, déjà disponible dans toutes les librairies!

Gael mai

CHANGEZ DE VIE!