La pollution numérique est encore méconnue des citoyens; pourtant, réduire ses mails permettrait d’éviter l’émission de nombreuses tonnes de carbone.

10, 50 voire 100? Connaissez-vous le nombre exact de mails que vous avez envoyés aujourd’hui? Simple, pratique et extrêmement rapide, le mail est devenu le moyen de communication par excellence. Si bien que nombreux d’entre nous l’utilisent pour éviter les coups de téléphone (on vous explique ici pourquoi la génération Y craint autant de passer des coups de fil). Pourtant, ce geste est loin d’être sans conséquence pour la planète. Envoyer des mails et de pas vider sa boîte mails dégageraient de nombreuses tonnes de CO2. Si on ne peut pas se passer de ce moyen de communication 3.0, on pourrait réduire nos envois en supprimant les mails inutiles (comme ceux que l’on envoie à notre voisine pour éviter la conversation).

Envoyer des mails, un acte polluant?

Vous triez vos déchets, vous privilégiez le train à la voiture et vous remplacez les objets polluants du quotidien par des alternatives plus green. C’est très bien, mais si vous envoyez des mails à tire-larigot, tous vos efforts ne servent pas à grand chose. En réalité, lorsque vous envoyez un mail, le réseau utilisera de l’électricité pour l‘envoyer et le stocker dans les serveurs. Ainsi, envoyer un mail dégagerait environ 20g de CO2. Si un seul mail n’a que peu d’impact sur la planète, imaginez ce geste répété une vingtaine de fois, chaque jour, par des milliards de personnes… Selon un article paru dans La Tribune, les technologies de l’information et de la communication (TIC) pourraient être responsables de près de 4% des émissions de gaz à effet de serre en Europe, en 2020, alors que le trafic aérien représente « que » 2% à 3% ».

Stop aux mails inutiles!

Mike Berners-Lee, professeur à l’université de Lancaster, a étudié le nombre de mails envoyés par les Britanniques. Selon son étude, ils enverraient environ 11 mails « inutiles » par jour (mails envoyés à des collègues dans les environs, envoi de 3 mini-mails au lieu d’un, partage d’une vidéo rigolote à tous ses contacts…). Si à l’échelle d’une personne ce chiffre peut paraître dérisoire, cela fait quand même 64 millions de mails « inutiles » envoyés par jour rien qu’au Royaume-Uni. Selon le professeur, en réduisant le nombre de mails envoyés, on abaisserait déjà considérablement notre empreinte carbone. En envoyant un seul mail de moins, on pourrait économiser jusqu’à 16 000 tonnes d’émissions de carbone par an.

Pour un monde plus green: