Octobre est le mois du cancer du sein. Pendant 30 jours, de nombreuses campagnes sont organisées afin de sensibiliser le public sur le sujet. Mais connaissez-vous vraiment la maladie?

Pour prévenir et réduire les cancers du sein, il est essentiel d’adopter un mode de vie sain et… de bien connaître la maladie! Bien que, chaque jour, 29 femmes en Belgique apprennent qu’elles sont touchées par la maladie, les signaux d’alarme indiquant un potentiel cancer du sein sont trop souvent méconnus de la population. Pour tester (et améliorer) vos connaissances, Pink Ribbon a développé un Mammoquiz. Voici un petit aperçu.

N’oubliez pas qu’en octobre, Pink Ribbon organise sa Marche Rose! L’occasion de chausser vos plus belles baskets et de faire exploser votre podomètre. Découvrez ici nos plus belles balades pour passer le cap des 10.000 pas par jour les doigts dans le nez!

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Pink Ribbon Belgium (@pinkribbonbe)

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

01

Les hommes peuvent-ils avoir le cancer du sein?

Contrairement à ce que l’on croit, le cancer du sein n’est pas exclusif à la gent féminine. Les hommes aussi peuvent contracter la maladie, cependant cette situation est extrêmement rare. Ainsi, parmi les 10.500 nouveaux diagnostics annuels établis en Belgique, une petite centaine d’entre eux concernent les hommes selon la Fondation contre le cancer.

02

L’âge facilite-t-il la lecture de la mammographie ?

Oui! Plus une femme est âgée, plus la lecture de sa mammographie sera simplifiée. Un sein se compose de graisse, de tissu conjonctif et de glandes. Les seins des femmes de moins de 50 ans contiennent, généralement beaucoup plus de tissus glandulaires, rendant les mammographies plus difficiles à lire. Les femmes plus âgées ont tendance à avoir un sein qui contient plus de graisse, ce qui facilite la lecture de l’examen.

03

La malbouffe peut augmenter les risques

Les risques de développer un cancer du sein augmentent en fonction de certains comportements comme la consommation d’alcool ou les cigarettes. Notre alimentation influence aussi les risques de développer un cancer. Si le gras est essentiel à notre vie, des recherches publiées dans JAMA Oncology ont montré que les femmes qui suivaient un régime pauvre en graisses et mettaient de nombreuses céréales entières au menu avaient couraient moins de risque de mourir d’un cancer du sein que les femmes ayant consommé beaucoup de matières grasses. La sédentarité est également un facteur qui augmente les risques.

04

Cancer au pluriel

Si nous avons l’habitude d’écrire cancer du sein au singulier, sachez qu’il faudrait ajouter un “s” car il existe plusieurs types de cancers du sein. En voici les principaux selon la Fondation contre le cancer: le Carcinome canalaire in situ qui se développe à l’intérieur des canaux de lactation du sein, le carcinome lobulaire in situ (CLIS) qui concerne l’intérieur des lobules du sein, le carcinome canalaire infiltrant, (le cancer le plus fréquent) qui prend naissance dans les canaux mammaires et enfin carcinome lobulaire infiltrant qui se développe dans les lobules du sein mais traverse ces glandes et se propage au tissu mammaire voisin

05

C’est le cancer le plus meurtrier pour les femmes mais…

Dans notre pays, une femme sur 9 sera atteinte d’un cancer avant 75 ans. La maladie est le cancer le plus fréquent chez la femme, chaque année 10.000 personnes sont diagnostiquées en Belgique. Cependant, ce cancer, s’il est pris à temps, a un bon taux de guérison, il serait même de 90% lorsque le cancer est dépisté à un stade précoce. Le dépistage et l’auto-examen sont les clés pour détecter rapidement la maladie et la combattre plus facilement.

Ceci devrait vous intéresser