Bonne nouvelle dans le domaine de la santé! Une nouvelle pilule américaine a été autorisée à la vente pour soulager les femmes qui souffrent d’endométriose.

L’endomé-quoi?

L’endométriose, c’est le nom de cette maladie gynécologique peu connue qui touche pourtant une femme sur 10.  Petit rappel: le nom de cette maladie est lié avec l’endomètre, le tissu qui tapisse l’intérieur de l’utérus. Vous le savez peut-être déjà: à chaque cycle menstruel, ce tissu s’épaissit afin de créer un petit nid accueillant pour un éventuel bébé.

Mais si bébé ne pointe pas le bout du nez l’endomètre se désagrège et s’évacue par des saignements-les règles. Lorsqu’on souffre de l’endométriose, l’endomètre se développe à l’extérieur de l’utérus. Ce qui provoque une réaction inflammatoire et des lésions qui mènent à de fortes douleurs. Le pire scénario de la maladie mène jusqu’à l’infertilité.

Enfin un traitement

Pour la première fois en 10 ans, la FDA (l’agence fédérale qui autorise, ou non, la mise sur le marché d’un médicament aux Etats-Unis) a approuvé la commercialisation de la pilule. Son principe actif, l’elagolix, réduit la production des hormones d’œstrogène et de progestérone qui sont impliquées dans l’endométriose.

Le but? Réduire les symptômes de la maladie, c’est-à-dire diminuer les douleurs durant les règles et les rapports sexuels, mais aussi les douleurs expérimentées dans le bassin à d’autres moments. Sur 1700 femmes testées, 75% d’entre elles ont vu leurs douleurs menstruelles s’atténuer avec la prise d’une dose d’Orilissa® de 200mg par jour.

À partir du mois d’août donc, le médicament sera disponible dans les pharmacies américaines. Petit bémol: d’après l’Associated press (Agence de presse américaine), la pilule miracle coûteraît 845 dollars (à peu près 724 euros) pour 4 semaines de traitement. Gloups…

CHERS EFFETS SECONDAIRES

Pour ce prix là, on oserait s’attendre à un médicament au top. Et pourtant, les effets secondaires ne se passent pas qu’au niveau du porte-monnaie. La pilule peut donner des effets secondaires similaires aux symptômes de la ménopause, tel des bouffées de chaleur, des insomnie, des sautes d’humeur, etc.

NB: la réduction du taux d’œstrogène opère une baisse de la densité minérale osseuse, donc le médicament n’est pas conseillé pour les femmes souffrant d’ostéoporose. Oubliez aussi la prise de cette pilule lors d’une grossesse, car elle favorise les fausses couches. Enfin, pour toutes les femmes qui peuvent expérimenter des humeurs dépressives ou des envies suicidaires, l’Orilissa® n’est pas prescrite.

À LIRE AUSSI: