Un Belge sur trois est très heureux aujourd’hui, mais il semble que notre bonheur national soit en déclin. Plus d’un quart des Belges ne sont pas heureux, et ce sont les chiffres de l’étude nationale sur le bonheur qui en témoignent. L’assureur-vie NN et UGent ont mené une enquête à grande échelle sur ce qui rend les Belges heureux.

Peu importe la couleur de peau, la culture ou la croyance, il y a une chose qui lie les gens: tout le monde souhaite une vie saine et heureuse. Mais qu’est-ce que le bonheur? Et quelle est la chance des Belges dans cette quête du bonheur? Grâce au National Happiness Research de l’Université de Gand, les Belges parviennent de mieux en mieux à savoir ce qui les rend heureux, et comment ils peuvent le devenir (encore) plus. Le Dr Lieven Annemans a dirigé l’étude qui a sollicité plus de 3770 participants.

Plus ou moins heureux qu’avant?

L’étude nationale du bonheur montre que plus d’un Belge sur trois (35%) est très heureux dans sa vie aujourd’hui. Les Belges donnent à leurs vies un score d’au moins huit sur dix. En tout, environ la moitié des compatriotes sont plutôt satisfaits de leur vie (score de 6 et plus). Pourtant, tout n’est pas toujours rose, car plus d’un quart des Belges (28%) n’est pas heureux. Les Belges obtiennent en moyenne 6,55 sur 10 de moins que dans les études européennes antérieures, comme l’Enquête sociale européenne.

Une explication possible pour le chiffre inférieur est que l’étude du bonheur national a été faite anonymement, ce qui encourage peut-être à une réponse plus juste. D’autre part, il y a aussi un déclin général de notre bien-être, comme l’a récemment indiqué le Bureau national du Plan. Un constat frappant: les seniors belges d’aujourd’hui sont en moyenne plus heureux que la génération X (Belges entre 35 et 49 ans).

Des différences entre les âges

Le bonheur belge marque des différences générationnelles claires. Par exemple, les 60 et 70 ans se révèlent être les plus heureux en moyenne. Les baby-boomers, la génération issue du monde après la Seconde Guerre mondiale, donnent à leurs vies un score de 7,2 sur 10. La génération X (Belges entre 35 et 49 ans), quant à elle, ne compte que 6,2 sur 10 et appartient à tous les groupes d’âge… Le moins heureux!

Pourquoi les personnes âgées sont-elles plus heureuses que les personnes de plus de trente et quarante ans? Selon « l’organisatrice de vie » Cynthia Ghysels, la génération plus âgée est plus inébranlable dans la vie. « Les baby-boomers sont souvent soucieux de leur santé et ont su mettre les choses en perspective au fil des années », explique Cynthia Ghysels. « Les aînés sont plus doux et concentrent leur attention sur ce qu’ils veulent vraiment dans la vie. Ce sont des aspects qui contribuent à plus de satisfaction et donc favorisent le bonheur.  »

« Ceux qui savent prendre des décisions par eux-mêmes et poser des choix importants seront plus heureux. Quiconque a une vie sociale fascinante et se sent compétent dans la vie ou au travail est plus satisfait. »

L’importance de l’ABC

Dans l’étude nationale sur le bonheur, l’ABC du bonheur a également été examiné. L’ABC se compose de trois piliers principaux:

  • Le A représente l’autonomie et examine la mesure dans laquelle vous pouvez prendre vos propres décisions.
  • Le B est synonyme de participation et est lié aux relations sociales et à la solitude.
  • Le C représente les compétences et indique comment les personnes compétentes et confiantes se sentent dans les activités quotidiennes.

L’ABC s’applique à la fois dans la vie privée et au travail. Ceux qui peuvent prendre des décisions par eux-mêmes et poser des choix importants seront plus heureux. Quiconque a une vie sociale fascinante et se sent compétent dans la vie ou au travail est plus satisfait. Surtout dans la vie privée, l’ABC semble avoir une grande influence sur le bonheur des Belges. Les chiffres montrent qu’une augmentation de 1 point sur l’un des ABC augmente le bonheur général.

Encore une fois, ce sont les plus de 60 ans qui obtiennent de meilleurs résultats dans l’ABC de la vie privée. Cela pourrait expliquer pourquoi ils sont plus satisfaits de leur vie que les jeunes générations actuelles en Belgique. La psychologue Sylvie Loumaye explique: « Aujourd’hui, une personne de 60 ans est en meilleure santé qu’auparavant, tout en assumant généralement un fardeau familial moindre. Ils se sentent à l’aise dans un vaste réseau de relations qui s’est construit tout au long de leur vie. Au moment de la retraite, ils font des choix qui leur conviennent vraiment, de sorte que de nouvelles expériences leur donnent les connaissances qu’ils attendent ».

À LIRE AUSSI: