Choisir le prénom de son enfant, c’est un moment à la fois excitant et stressant. Comment savoir si le doux prénom que vous aimez aujourd’hui vous plaira toujours dans 10 ans? Et surtout, comment être sur que ce prénom plaira également à votre enfant? Autant de questions auxquelles il est très difficile de répondre dans l’immédiat. Une étude menée par la plateforme ChannelIMom.com et relayée par The Independant démontre en effet que 1 parent sur 7 regrette le prénom qu’il a donné à son enfant. On vous explique pourquoi!

Des prénoms devenus trop populaires

L’enquête révèle les différentes raisons qui poussent les parents à regretter leur choix. Par exemple, ils regrettent souvent avoir donné des prénoms qui sont devenus trop populaires par la suite. Leur enfant se retrouve alors dans une classe où au moins deux ou trois élèves portent le même prénom. Une autre cause de leur regret: le prénom qu’ils ont choisi a ensuite été utilisé par des personnes célèbres ou par la famille royale. Par exemple, un homme explique qu’il regrette d’avoir appelé son fils George, car depuis la naissance du petit garçon de Kate et William, tout le monde pense qu’il a donné ce prénom en hommage à la famille royale. « Pourtant, notre fils Goerge est né avant l’enfant de Kate et William » explique-t-il.

Dans les autres raisons évoquées, on retrouve le fait que le prénom est difficile à prononcer ou à épeler ou encore le fait que les parents se rendent compte que le prénom ne va pas à leur enfant. Certains parents regrettent également leur choix car leur enfant n’aime pas le prénom qu’ils ont choisi. La solution? Trouver un surnom qui plaira avant tout à votre enfant. C’est en tout cas une des solutions avancée et utilisée par les parents interrogés.

Changer de prénom, c’est possible?

En Belgique, si on désire changer de prénom, c’est à sa commune qu’il faudra s’adresser. D’ailleurs, depuis août 2018, la procédure a été simplifiée et s’étale maintenant sur trois mois au lieu de six. Un officier de l’état civil est en charge de recevoir et d’apprécier la demande. Avant d’accepter le changement, il doit s’assurer que le nouveau prénom ne nuise pas à la personne concernée ou à quelqu’un d’autre. Au niveau du prix, chaque commune est libre de fixer son tarif. Certaines communes proposent ce service gratuitement.

À LIRE ÉGALEMENT: