Avec ses blagues potaches et sa bonne humeur, on l’inviterait bien à nos tables de fin d’année. Mais aussi derrière nos fourneaux, puisqu’il nous a confié aimer presque autant cuisiner que dessiner.

Le speed dating de Philippe Geluck

Une œuvre qui reflète votre état d’esprit du moment?

Ça va faire un petit peu vieux con, mais c’est Sergent Peppers, le tube des Beatles dont on a fêté récemment les 50 ans. Je reste complètement en phase avec ce moment de la musique pop.

La prochaine photo que vous prendrez?

Certainement un selfie avec quelqu’un que je croiserai à la gare. On me le demande souvent et je ne refuse jamais. Parfois, c’est un peu inattendu, ce sera peut-être un militaire ou un chef de gare.

Le menu d’un repas de fête?

Une petite portion de saumon cru mariné, des anguilles au vert d’après une recette de Pierre Wynants (que j’ai améliorée même si c’est gonflé de dire ça), un magret de canard au cidre avec pommes caramélisées et, pour finir, deux desserts: une mousse au chocolat noir sans jaunes d’œufs et des petites crèmes brûlées à la vanille (pour ne pas jeter les jaunes).

« Mon vrai luxe, c’est de pouvoir m’acheter l’hiver des chaussettes en cachemire. »

Un luxe qui vous réjouit?

Mon vrai luxe, et je vous jure que c’est vrai, c’est de pouvoir m’acheter l’hiver des chaussettes en cachemire. Je ne suis pas bagnoles ni belles montres. En fait, ce sont plutôt des petites choses qui me font plaisir. Comme les disques que je me suis achetés avec mes premiers dessins pour Le Soir.

Un personnage de fiction à inviter à dîner?

Je pense au Capitaine Haddock, mais s’il se met à boire, ça va être compliqué. Peut-être Constance Bonacieux (Les Trois Mousquetaires), dont j’étais amoureux car je me prenais pour d’Artagnan. J’en profiterais pour lui dire de ne pas boire le breuvage maléfique de Milady.

Quel animal de compagnie seriez-vous?

Une sorte de croisement entre un chien et un chat. Je suis fidèle comme un chien, mais je ne vais pas chercher la baballe.

Le nom de votre vrai chat?

Quand le Chat est né, j’avais un chat qui s’appelait Madame Bovary.

Un rituel qui embellit votre Noël?

On utilise toujours une petite cloche pour annoncer aux enfants qu’ils ont accès au sapin le soir du 24. C’est la même que celle de mon enfance et ce son me bouleverse chaque année.

Un vœu inavouable pour 2018?

C’est mon côté Miss France qui parle, mais je voudrais qu’il n’y ait plus de guerres, plus personne qui meurt de faim et plus d’animaux abandonnés. Ça va être compliqué de réaliser tout ça en 2018, mais on y est presque.

Retrouvez cette rencontre en intégralité dans le GAEL de décembre, disponible en librairie!

GAEL en décembre

Culture: