Marie Honnay nous présente chaque mois une initiative locale qui la fait vibrer.
En décembre, Yseult, le pari d’une créatrice qui marche à l’instinct.

Qui se cache derrière la marque ?

Perrine Bourguignon, une jeune Liégeoise diplômée d’une école de mode et de stylisme, qui a fait le pari un peu fou de créer son label en 2021, à l’issue du premier confinement. Après plusieurs mois de doutes et avoir repoussé à plusieurs reprises le lancement, elle était prête à tout lâcher quand elle a croisé la route de Clio Goldbrenner. Devenue coach, l’ex-créatrice d’accessoires lui a donné le courage et les outils nécessaires pour vaincre ses dernières craintes. Le nom Yseult fait référence à un personnage imaginaire ; une jeune femme qui ressemble un peu à Perrine, mais aussi à nous. Une femme qui aime les vêtements, mais sans être obsédée par les tendances et les concepts éphémères.

Pourquoi je craque ?

Centrées sur le principe de capsules et de pièces produites en petites séries, les collections Yseult répondent aux envies d’une créatrice instinctive dans sa manière de penser la mode, mais qui se veut aussi très proche de sa communauté. Dans son journal en ligne, Perrine Bourguignon dévoile les coulisses de la marque, ses coups de cœur et parfois de blues. Elle y raconte son envie de proposer une mode éthique, mais aussi les énormes contraintes liées à son choix de produire en Europe et de travailler avec des tissus issus d’anciens stocks. Elle a d’ailleurs fini par y renoncer pour se concentrer sur la création de ses propres imprimés. Intemporelles, mais tout sauf fades, les collections Yseult sont pensées pour ne pas nous lasser après une seule saison. Les détails féminins, comme les fronces d’une manche, le volant d’une jupe ou d’un top, donnent à chaque pièce ce petit supplément de glam qui lui permet d’être aussi portée le soir.

La pièce à s’offrir absolument ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par YSEULT (@yseult_clothing)

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Pour sa deuxième capsule automne/hiver, Perrine Bourguignon s’est inspirée des sixties, une décennie libre et colorée où tout semblait permis. On aime l’association d’un haut (chemise masculine ou top ample à décolleté froncé) jaune miel ou rouge empire et d’une jupe ou d’un pantalon en jacquard brillant. On craque aussi pour le pantalon ample et fluide Este porté avec un top à carreaux British ou avec la veste Cassien coupée dans un lainage texturé et rehaussée de boutons rétro Loden. Ni totalement androgyne ni 100 % glamour, le vestiaire Yseult ne rentre dans aucune case et aucun style trop formaté. Et c’est justement ce qui le rend aussi intéressant !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par YSEULT (@yseult_clothing)

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

LISEZ AUSSI: