Marie Honnay nous présente chaque mois une initiative locale qui la fait vibrer. En mai, Uungu fait se rencontrer l’Afrique et la Belgique.

Uungu, la sandale entre deux continents

L’homme derrière la marque ?

Souleymane Bas, un globe- trotteur de 30 ans qui a posé ses valises en Belgique il y a
un an. C’est chez nous qu’il a imaginé, dessiné et prototypé les quatre modèles d’Uungu, sa marque de sandales belgo-kenyanes. Tombé sous le charme des colliers que portent les femmes africaines, il a eu envie de les transposer dans un accessoire portable par des Européennes. À Nairobi, il est tombé sur une plateforme de réinsertion de jeunes hommes et femmes au travers de l’artisanat. Les sandales Uungu sont fabriquées à la main dans cet atelier sur la base des prototypes réalisés par un maroquinier liégeois. Souleymane célèbre la force des déesses africaines. Une sorte de woman empowerment version ethnique qui fait mouche.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Pourquoi je craque ?

Au-delà du look divin des sandales, la dimension spirituelle du projet et la démarche éthique du créateur m’ont tout de suite séduite. Avant de pouvoir proposer un produit parfait du point de vue des matières, des couleurs et des finitions, Souleymane est passé par de nombreuses phases de test. Pour convaincre les ateliers kenyans de travailler avec lui, il a dû faire preuve d’une sacrée dose de persuasion. Il a ensuite fallu canaliser leur immense créativité pour tendre vers un produit qui réponde aux standards de qualité en vigueur en Europe. Sa fierté : être devenu une sorte d’ambassadeur de l’artisanat africain. Aujourd’hui, quand ses clients le complimentent sur ce qu’ils considèrent être de petites « œuvres d’art », il se dit qu’il a gagné son pari. Difficile en effet de résister aux jolis modèles que Souleymane vous invite à porter pour une balade sur la plage ou une soirée plus chic. Un mix de sagesse africaine et de luxe accessible qui va, j’en suis certaine, cartonner cet été.

La pièce à s’offrir absolument ?

À en croire Souleymane, le modèle Nommo, clin d’œil au dieu hermaphrodite des eaux symbolisé par la couleur turquoise. Une sandale en cuir tanné de manière végétale,
à la fois mixte et sexy. Mais mon coup de cœur perso pour cet été, c’est plutôt Akwaba,
la déesse de la bienveillance reconnaissable aux perles multicolores qui ornent la bride de cheville.

  • LES SANDALES UUNGU SONT DISPONIBLES EN PRÉCOMMANDE OU VIA L’ESHOP DU LABEL (189,99 €). UUNGU.COM.

LISEZ AUSSI: