Dans notre pays, une femme sur 9 sera atteinte d’un cancer avant 75 ans. La maladie est le cancer le plus fréquent chez la femme. Un diagnostic précoce est essentiel pour mettre toutes les chances de son côté dans la lutte contre le cancer du sein. Parmi les bonnes habitudes à adopter, l’auto-examen de sa poitrine.

L’hormonothérapie, la cigarette: voilà 6 choses du quotidien qui augmentent les risques de cancer du sein.

Pourquoi c’est important?

Examiner sa poitrine est une habitude essentielle à adopter dans la lutte contre le cancer du sein. Grosseur, rougeur ou autres signaux: plus un cancer est détecté tôt, plus vous mettrez de chances de votre côté et aurez de chance de guérir. De plus, un dépistage précoce permet, dans certains cas, de pouvoir opter pour un traitement moins intrusif. Entre les vérifications médicales (mammographie, examen chez le gynécologue), vous pouvez pratiquer régulièrement un auto-examen de vos seins. Et ne nous dites pas que vous manquez de temps: 5 minutes par mois suffisent!

Comment procéder?

Les médecins recommandent généralement d’examiner sa poitrine quelques jours après la fin de ses règles. Parmi les signes qui doivent vous alarmer: une grosseur, des rougeurs, des changements de taille ou de forme de mamelons, des écoulements ou encore l’apparition de plaques de boutons. Vous devez à la fois palper vos seins et les contours (pensez notamment aux zones sous les bras). Pour les palper correctement, levez votre bras et pratiquez l’examen à l’aide de votre main opposée. Vous avez une forte poitrine? On vous conseille de pratiquer cet examen dans différentes positions (debout comme couchée). Ne vous contentez pas d’ailleurs de les toucher, une inspection dans le miroir est idéale pour constater des petites plaques.

Vous avez constaté un changement étrange? Pas de panique, prenez un rendez-vous chez votre généraliste mais sachez que les anomalies repérées ne sont pas toujours des cancers.

Source: ELLE UK, Fédération du Cancer du Sein

Poursuivez votre lecture: