La vie parfois vous bouscule tragiquement. Étonnamment, au creux de la détresse, certaines personnes découvrent précisément un sens à leur existence. Et le transforment en projet. La preuve avec Myra. Harcelée enfant pour son physique, elle photographie des femmes pour les aider à aimer leur corps.

Myra (39 ans)

« La lumière s’est comme éteinte en 2017. Physiquement, j’étais au plus mal. Mes bras me semblaient mous comme des spaghettis cuits, j’avais des vertiges et je souffrais de migraines. Burn-out sévère. À ce stade, j’avais visiblement ignoré tellement de signaux d’alerte qu’une bonne série de nuits réparatrices n’allaient pas suffire à me remettre d’aplomb. Je suis allée voir un psychologue, qui a conclu que j’avais besoin d’une longue période de repos intégral. Cela a hélas permis à d’anciens démons de refaire surface.

Ce dossier fait partie de notre contenu +. Pour y accéder gratuitement, inscrivez-vous ci-dessous!

Poursuivre votre lecture ?
Vous souhaitez poursuivre votre lecture et avoir un accès illimité à nos articles? Créez vite un compte et plongez dans l’univers Gael.be!
Crééz un compte gratuit en une minute et obtenez un accès illimité aux articles Gael.be

+ de témoignages: