Tout est parti de l’interdiction de diffusion d’une publicité. Aujourd’hui, des centaines de femmes libèrent leur parole sur les réseaux sociaux via le hashtag #MonPostPartum. Un tabou féminin de plus sur lequel il était temps de lever le voile.

Le 10 février dernier, lors de la 92ème cérémonie des Oscars, une publicité de la marque américaine Frida Mum, qui vend des produits pour aider les femmes après leur accouchement, a été interdite de diffusion… car jugée “trop crue”. “Elle n’est pas à caractère violent, politique, ou sexuel. Notre publicité n’est pas religieuse ou obscène et ne montre pas d’armes à feu ou des munitions. On y voit juste une jeune mère, à la maison avec son bébé et son nouveau corps“, s’insurge la marque. Une position qui a été partagée par d’autres, notamment en France.

#MonPostPartum

Quelques jours plus tard, quatre féministes françaises lancent le hashtag #MonPostPartum, sous l’impulsion d’Illana Weizman, et en réaction au post Instagram de la mannequin Ashley Graham. Toutes dénoncent le manque de connaissances des femmes sur la période post-accouchement. En cause? Une société qui rend cette période invisible, et culpabilise et individualise ces femmes. Elles appellent donc les mères à libérer leur parole et à mettre en lumière leur vécu, afin de lever le tabou qui règne depuis trop longtemps sur un évènement aussi naturel que de devenir mère.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

En réaction à une publicité rejetée par @abcnews et l’Académie des Oscars qui dépeint honnêtement l’épisode douloureux du post-partum ainsi que la publication d’@ashleygraham qui pointe du doigt le silence autour de cette convalescence, me voici, portant une couche pour adulte, épongeant le sang qui coule pendant des jours et des semaines, le ventre encore gonflé, l’utérus encore étendu, les contractions qui le remettent doucement en place, les jambes bleuies, les points qui tirent, l’impossibilité de s’asseoir sans douleurs, l’urine qui brûle, l’impression d’être passée sous un rouleau compresseur. Si on parlait davantage de ces sujets, si on ne les invisibilisait pas de façon systématique, les mères se sentiraient moins isolées, moins démunies. Préoccupez-vous des mères. Mettez en lumière leur vécu.

Une publication partagée par Illana Weizman (@illanaweizman) le

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par A S H L E Y G R A H A M (@ashleygraham) le

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Depuis, le hashtag #MonPostPartum a été partagé des centaines de fois sur Instagram et Twitter. Les langues se délient et une vague de solidarité se crée…

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Poursuivez votre lecture: