On vous en parlait déjà ici: parmi les alternatives aux serviettes et tampons, la culotte menstruelle a de plus en plus la cote. Si elle peut surprendre au premier abord, elle fait pourtant de nombreux adeptes. Mais que pensent les gynécologues de cette alternative supposée moins nocive que les tampons?

Pour Delphine Leroy, gynécologue-obstétricienne, le concept semble intéressant même s’il est encore un peu tôt pour véritablement se positionner au vu du manque d’études scientifiques sur le sujet et du manque de recul quant aux retours des patientes. Ces culottes pourraient à première vue constituer une bonne alternatives aux protections classiques, mais à certaines conditions:

01

Vérifier l’origine et les composants

Les réglementations n’étant pas les mêmes dans tous les pays, une culotte considérée comme saine dans un pays peut l’être beaucoup moins dans un autre. Pour éviter tout risque pour la santé, il est donc important de s’assurer de la bonne composition de la culotte: utilisation de coton bio, conformité avec les normes de l’UE quant à l’absence de substances toxiques, etc.

02

Avoir un flux menstruel moyen

Même si les marques estiment que ce type de culotte peut protéger pour une durée de 12h ou remplacer 3 tampons, il faut tout de même rappeler que nous ne sommes pas toutes égales en matière de protection menstruelle. Chaque flux est différent! Il sera donc impensable pour certaines de garder la culotte une journée entière. Elles devront donc soit la changer (ce qui n’est pas très pratique), soit la combiner avec une protection classique ou une cup. À vous de voir si l’investissement reste intéressant.

03

Suivre les recommandations d’entretien

Utiliser cette culotte peut réduire les risques allergiques (irritations et autres) par rapport aux protections classiques si – et seulement si – les recommandations de lavage sont suivies scrupuleusement. C’est à dire: un rinçage à l’eau froide suivi d’un lavage à 30°, tout en faisant attention aux détergents utilisés pour la lessive qui peuvent être une source d’allergies.

04

Faire attention aux risques d’infections

Il existe encore très peu (voire pas du tout) d’études montrant une différence significative du risque infectieux entre les protections classiques et la culotte menstruelle. On ne vous le répètera jamais assez: que vous optiez pour des protections « traditionnelles » ou plus modernes, n’oubliez jamais de lire attentivement les précautions d’utilisation pour éviter les risques.

Continuez votre lecture: