Sandrine a découvert le yoga sur Internet. Envie de se recentrer, de lâcher prise… Avec Sarah Robin, qui pratique les yeux fermés, elle prend sa première leçon non virtuelle et trouve une nouvelle voie qui mène directement à l’essentiel. PAR FLORENCE HAINAUT. PHOTOS: LIESBET PEREMANS.

« Ferme les yeux et vois »

Un cours privé de yoga, ça n’était pas l’idée première de Sandrine. « J’avais demandé à rencontrer le groupe The Cure, je suis fan de Robert Smith. J’avais tout prévu, j’allais me looker comme lui et tout. Mais bon, comme c’était compliqué, on a décidé de faire du yoga.» Fou rire général. Mais elle n’a pas choisi cette activité au hasard. « Ma maman est décédée il y a trois ans, ça a été très compliqué pour moi. J’ai commencé à souffrir de maux de dos terribles. Je me suis fait aider par quelqu’un qui m’a fait comprendre ce qui bloquait chez moi, la symbolique derrière cette souffrance. Non seulement elle a réussi à me débloquer, mais elle m’a aussi aidée à lâcher prise et à me recentrer. » Sandrine explore, lit des livres sur le sujet et, après des années sans pratique sportive, se remet au Pilates. « Quand tu es dans ce mouvement, ce chemin vers le bien-être, tu as envie d’aller plus loin, pour toi. Je suis pas mal de nanas sur Instagram et je regarde des tutos de yoga que je fais à la maison. Mais je n’en sais pas plus et j’ai envie d’apprendre. »

Sarah: « J’ai eu envie de lâcher le côté physique pour aller vers quelque chose de plus spirituel »

Testé: une séance de yoga les yeux fermés avec Sandrine Dans

Et Sarah, une graphiste tombée par hasard dans le yoga il y a une dizaine d’années, est là pour ça. « Le yoga a été inventé pour calmer le mental et accéder à la méditation, explique la prof. Et la méditation, c’est quoi ? C’est regarder ses peurs en face et les accueillir. » Il y a plein de manières de pratiquer le yoga, entre les accros aux retraites méditatives et les acrobates en tenues sexy qui inondent les réseaux sociaux dans des positions qui laisseraient Barbamama pantoise. « Quand on a la condition physique qui le permet, on peut vraiment travailler sur le corps. » C’est ce qu’elle fait avec Laurence Bibot, qui lui a rendu ce vibrant hommage un jour, sur Facebook: « Aux nombreux inconnus qui m’offrent des fleurs en rue en s’écriant : “Mon dieu, quelle ligne, la plus jolie des roses ne vous arrive pas aux mollets”, je réponds qu’il n’y a pas de secret, seulement de belles rencontres et celle que j’ai faite avec Sarah Robin a changé ma life! » Mais tout le monde n’est pas né liane. « On peut aussi travailler sur l’émotionnel. J’ai eu envie de lâcher le côté physique pour aller vers quelque chose de plus spirituel. Du coup, Sandrine, je te préviens, j’enseigne le yoga avec les yeux fermés. » Inquiétude de l’élève : « Oh, mon dieu, mais comment tu fais pour garder pour l’équilibre ? »

Testé: une séance de yoga les yeux fermés avec Sandrine Dans

Testé: une séance de yoga les yeux fermés avec Sandrine Dans

Dans un souffle

« On va commencer par une respiration profonde. » Pas n’importe laquelle, évidemment. Elle porte un nom, ujjayi, et est un peu technique « Elle est abdominale et thoracique. Tu commences avec une contraction au fond de ta gorge, elle va diminuer le flux de l’air et allonger ton souffle. Elle te centre et tu te nourris sur le plan mental, émotionnel et physique. Tu fais comme si tu allais faire de la buée sur un miroir, tu expires le plus longtemps possible. » Un ange qui souffle passe. « Voilà, c’est ça ! Super ! » Sarah invite Sandrine à penser chaque respiration et à se laisser envahir par cette vague, ce va-et-vient. « Avec les postures qu’on va mettre en pratique, tu verras que ce souffle va prendre tout son sens. » Les yeux fermés et la respiration comme point de repère aident à se centrer sur la pratique du yoga et ses sensations intérieures. « C’est une manière d’éduquer le mental et de développer cette capacité à rester connecté à l’instant présent. »

Sandrine: « On est tellement focalisé sur la respiration qu’on en oublie le travail musculaire, c’est magique, comme si ton souffle te portait. »

Levé de bassin, chien tête en bas, torsion. Rien qui ressemble à un spectacle du Cirque du soleil, malgré les années de danse classique que Sandrine a derrière elle. Pour voir le miracle, il faut être attentif et observer son corps qui s’assouplit à chaque expiration, comme si chaque souffle l’emmenait plus loin. Un souffle qui permet de se dépasser  physiquement, Sandrine le découvre au fur et à mesure qu’elle enchaîne les postures. De sa petite voix étouffée, visage contre le tapis, elle lance : « Ça travaille, quand même, hein ! » Un ange rigolard passe. « Mais, poursuit-elle, on est tellement focalisé sur la respiration qu’on en oublie le travail musculaire, c’est magique, comme si ton souffle te portait. Dans la danse classique, c’est le mental qui t’emmène. Tu dois aller plus haut, plus fort, être plus souple. Il faut forcer. » Exactement le genre de pratique dont Sarah s’est doucement éloignée : « Ton mental te pousse parfois trop loin, hors limite, mais le souffle jamais. Tu ne peux pas te blesser si tu te laisses guider par ton souffle. » Par contre, respiration ou pas, rien n’empêche d’être ce centième Schtroumpf toujours en décalage.

Testé: une séance de yoga les yeux fermés avec Sandrine Dans

Alors qu’elles enchaînent les postures, telles des danseuses synchronisées, Sandrine explose de rire, à plat ventre alors que Sarah est à quatre pattes — « Attends-moi, j’arrive ! » La voix de Sarah est enrobante, douce et ferme à la fois. Elle invite, félicite, la ramène vers l’essentiel. C’est hypnotique. « Je t’invite à ressentir les sensations que tu as dans le corps. Utilise ça pour rester en toi mais reste consciente de ce qui t’entoure : le chant des oiseaux, le cliquetis du clavier de l’ordinateur, les odeurs, le vent. » Et l’odeur de la tisane, qui vient leur chatouiller les narines.

  • Plus d’infos sur les cours de Sarah Robin sur sa page Facebook: @SarasanaYoga et sur vicitra.yoga.
Envie de lire la suite? Retrouvez cet article en intégralité dans le GAEL d’août, disponible en librairie!

AOUT OK

Lisez aussi: