De lui, on connaît surtout les personnages qu’il incarne, l’agent Verhaegen en premier lieu. Mais derrière la palette des olibrius qu’il a créés, il y a un homme dont on ne sait quasiment rien. Un travail de dissimulation de longue haleine que Pablo Andres est doucement en train de détricoter. Photo: (c)Laetizia Bazzoni.

Poursuivre votre lecture ?
Vous souhaitez poursuivre votre lecture et avoir un accès illimité à nos articles? Créez vite un compte et plongez dans l’univers Gael.be!
Crééz un compte gratuit en une minute et obtenez un accès illimité aux articles Gael.be
Retrouvez cette rencontre en intégralité dans le GAEL d’avril disponible en librairie.

+ de rencontres