Chanteur, danseur, compositeur révélé il y a sept ans par The Voice Belgique, où il est coach cette année, le kid de Charleroi s’interroge beaucoup sur sa place dans le monde. Tout en préservant son enfant intérieur comme son plus précieux joyau. Par Isabelle Blandiaux. Photo: Laetizia Bazzoni.

Loïc Nottet en vrai

Il arrive avec son assistante et meilleure amie, réservé, dégageant une infinie douceur. Elle lui souffle quelques dates quand il feuillette pour nous le livre de son enfance sacrée et regrettée, dans laquelle il garde volontairement un pied. « Je veux rester enfant, ou en tout cas garder mon âme d’enfant. Je me plais dans cette image de rêveur. Mais ça risque d’être bizarre quand j’aurai 40 balais », confie-t-il. À 24 ans, Loïc Nottet avance dans la vie bien arrimé à son imaginaire hyper créatif, où naissent en abondance mélodies, histoires, chorégraphies, costumes… Hypersensible, il a surmonté sa timidité ce soir d’octobre 2013 pour faire vibrer la scène des blinds de The Voice suite à un pari. T-shirt Batman, cheveux très courts, il interprétait Diamonds de Rihanna, sous le regard ébloui de BJ Scott. Celle-ci l’a guidé non pas vers la victoire du télé-crochet — il a terminé deuxième —, mais vers la gloire.

“Ne pas être trop confiant me permet aussi de me remettre en question, de devenir meilleur.”

Le premier hit qu’il compose est mis en mots par son ancienne coach complice, Rhythm Inside, et lui vaut une quatrième place à l’Eurovision en 2015 ainsi qu’un carton à l’international. Repéré ensuite par la très populaire émission de TF1 Danse avec les stars, il remporte la compétition et se fait davantage connaître en France. Suivront son plus grand tube à ce jour, Million Eyes (plus de 31 millions de streams), extrait de son premier album, Selfocracy, puis Sillygomania, second opus publié en mai dernier. Malgré ce chemin au firmament et la fascination qu’il exerce sur son public (434 000 followers sur Instagram), Loïc ne se considère pas comme célèbre et se voit toujours comme le gars de 17 ans qui fait ce qu’il aime mais qui manque de confiance en lui. « Je pense que j’en manquerai toujours, mais cela va mieux. J’ose agir sans réfléchir trop longtemps avant. J’ose aller au bout de mes envies et lâcher le résultat. Ne pas être trop confiant me permet aussi de me remettre en question, de devenir meilleur. »

AUTOBIO EN 3 DATES

Mai 2006 « Mon tout premier spectacle, à 10 ans, sur Michael Jackson, avec mon école de danse, Artemis (à Trazegnies). Un moment très fort : c’était la première fois que mon papa me voyait danser et toute ma famille était là. En plus, j’étais à côté du tempo. Je dansais beaucoup plus vite que le rythme, j’avais tellement envie d’y aller à fond que je n’écoutais pas la musique. »

Juin 2014 « J’ai reçu mon diplôme de secondaire à l’Institut de la Providence, à Gosselies. Une grosse fierté parce que je souffre de dyscalculie, donc j’avais beaucoup de difficultés pour les maths et les sciences. J’ai toujours dû me battre, travailler beaucoup pour réussir. C’est l’année de ma participation à The Voice comme candidat. »

Juillet 2017 « Je suis parti aux États-Unis pour la toute première fois de ma vie, pour le plaisir, et c’était le rêve. J’ai adoré New York, avec son côté hyper speed, où tout le monde court dans tous les sens, et Los Angeles, une sorte de “chill land” où vivent beaucoup de jeunes et d’artistes. Quand tu es au bord de la mer et que quelques musiciens jouent de la gratte, c’est magique. »

SON ACTU

  •  Loïc Nottet est coach dans la saison 9 de The Voice Belgique, sur La Une : les lives commencent le 2/3 et la finale aura lieu le 6/4.
  • Concerts inédits Phantomania sur le thème d’Halloween reportés au 23/10/21 au Cirque Royal (18 h et 21 h). La tournée de l’album Sillygomania (Sony) a été reportée plusieurs fois. Dernière date annoncée : le 8/5 à Forest national. Infos sur Instagram : @loicnottet_officiel.
Découvrez notre rencontre avec Loïc Nottet en intégralité dans le GAEL de mars, disponible dès maintenant.

Plus de Guests: