À peine a-t-on eu le temps d’apprendre son existence qu’elle était déjà partout. La carrière de l’humoriste Florence Mendez s’est construite en quatre ans, un record rarement égalé. Féministe, franc-tireuse, bienveillante, elle promène son talent et dépeint délicieusement ses névroses de plateaux télé en festivals prestigieux. Découvrez l’autobiographie de notre nouvelle GAEL Guest en 3 dates. PAR FLORENCE HAINAUT. PHOTOS : LAETIZIA BAZZONI.

AUTOBIO EN 3 DATES

1998 « Sortie du premier tome de Harry Potter en français. On est dans un contexte de harcèlement scolaire, je m’échappe dans un univers fantastique. Je suis fan de Tolkien, j’écris des poèmes sur des elfes. Puis ma mère me ramène le premier tome de Harry Potter. La révélation. Très vite, je n’ai plus la patience d’attendre les traductions et je me mets à apprendre l’anglais. »

Septembre 2016 « Première fois dans les Asturies. Je suis à moitié espagnole, les Asturies, c’est la région dont toute ma famille paternelle est originaire. On est dans le nord-ouest, c’est très différent du reste de l’Espagne. C’est vert et pluvieux, ça ressemble un peu à l’Irlande. J’ai ressenti une connexion immédiate avec les paysages, les gens, le folklore, la gastronomie. La sensation bizarre de découvrir un chez-moi. »

17 juin 2017 « Début de mon trouble panique. La descente aux enfers, ma vie change complètement, j’ai peur de mourir et de devenir folle. Ça se termine par une rupture, une perte d’emploi et, momentanément, de la garde de mon fils. Je mets plus d’un an à remonter la pente. »

DÉCOUVREZ NOTRE RENCONTRE AVEC FLORENCE MENDEZ EN INTÉGRALITÉ DANS LE GAEL DE JANVIER, DISPONIBLE EN LIBRAIRIE DÈS MAINTENANT.

PLUS DE GUESTS: