Regard interloqué de l’intéressée : « Quel style ? »… Notre Guest du mois Florence Mendez joue avec les codes autant qu’elle s’en moque. Ça dépend des jours et des humeurs. Par Florence Hainaut. Photo: Laetizia Bazzoni.

Tes vêtements au quotidien ?

Je m’habille beaucoup en fonction de comment je me sens. Je peux passer d’une robe super chic au vieux jeans à trous et bottines défoncées. Parfois, quand je ne me sens pas bien, je veux juste être discrète, passer inaperçue. Alors je me sers des vêtements comme d’une armure, je me cache et je m’emmitoufle dedans. Parfois, c’est l’inverse !

Et pour tes tenues de scène ?

Avant tout, je dois me sentir bien dedans. J’aime qu’elles soient sombres, comme
ça elles n’offrent pas trop d’informations au public, je préfère qu’il se concentre sur ce que j’ai à dire.

Du maquillage ?

Je ne me maquille quasi pas dans la vraie vie. Le fait d’être très maquillée à la télévision, je sens que ça a une influence sur l’image que j’ai de moi sans maquillage, donc j’y vais mollo.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Florence Mendez (@mendez_florence)

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Un parfum ?

Eden, de Cacharel, depuis l’adolescence. Je pense qu’ils le produisent encore juste pour moi ! Parfois, si je me sens un peu puissante, c’est Shalimar de Guerlain. C’est le parfum de ma mère. Quand j’étais petite, elle avait une immense écharpe dans laquelle je m’enroulais. L’odeur de son parfum me rassurait.

Des marques fétiches ?

Le site Vestiaire Collective est génial pour tout ce qui est luxe de seconde main, les chaussures Dolce & Gabbana, les fringues Maje et Azzedine Alaïa. Je n’ai pas les moyens de me les payer neufs. J’aime à dire que je n’aime pas le luxe, mais la vérité c’est que oui, à certains moments, ça me plaît. Mais pas tout le temps et surtout, ça n’est pas un but en soi.

Ta plus belle pièce ?

Il y a quelques années, je me suis achetée des Louboutin. Je crois que c’était sur ma liste d’ado, celle avec les choses que tu rêves de posséder un jour. Quand je les mets, je me sens comment ? J’ai mal aux pieds ! Mais elles sont trop belles.

Côté bijoux ?

Ginette New York, ma vie ! Ça coûte très cher, mais j’adore. C’est mignon, hyper délicat, élégant sans être bling-bling. LA2l aussi. C’est la styliste de l’émission Piquantes qui m’a fait découvrir cette marque. C’est joli, c’est fun, avec quelque chose d’un peu mystique.

DÉCOUVREZ NOTRE RENCONTRE AVEC FLORENCE MENDEZ EN INTÉGRALITÉ DANS LE GAEL DE JANVIER, DISPONIBLE EN LIBRAIRIE DÈS MAINTENANT.

PLUS DE GUESTS: