Notre Guest du mois Alex Vizorek est persuadé de ne pas avoir bon goût. Du coup, il suit les conseils, comme par exemple : « Tu es assez marrant pour ne pas avoir besoin de porter du bariolé. »

Les secrets de style d’Alex Vizorek

Ton style au quotidien ?

Je me sens bien en pull ras du cou. J’aime toujours les chemises, mais avec de plus petits cols, ou à col mao. Le bas, c’est jeans bleu ou noir. Aujourd’hui, je porte un Acne qui tombe bien. Ou alors je vais chez APC, à Paris. Quand j’essaie, il faut trouver vite, avant que j’aie le temps d’être énervé. Alors j’en prends deux ou trois et j’ai la paix pendant un petit temps. Conscient de mon mauvais goût, j’ai déjà fait appel deux fois à une personal shoppeuse. Pendant quatre heures, elle m’a fait essayer des tas de pièces, chez Uniqlo, APC, etc.

Tes chaussures ?

J’ai une dizaine de paires de baskets. Là, je porte des Diadora achetées en Italie. J’ai plein de paires d’Adidas, dont des Stan Smith argentées trouvées au Japon. Je tenterais bien des Veja, les baskets écolo, j’en ai vu de belles.

Un interdit ?

J’ai peu de complaisance pour le t-shirt à message.

Tes cheveux ?

Je les coiffe sur le côté pour éviter la tête à la Hugh Grant des années 80. Côté coiffeur, la base, c’est Hovig Etoyan (coiffeur star à Paris, NDLR), un ami de ma compagne. Petit, je détestais les coiffeurs car je voulais laisser pousser mes cheveux façon mulet de footballeur. Là, je suis réconcilié avec la profession, d’autant qu’ils me disent que j’ai un cheveu fantastique, « tellement agréable à travailler ».

Une coupe ratée ?

Ce sera l’occasion d’en faire une blague. Comme sur scène, lorsqu’un spectateur tousse ou me répond : j’aime bien les accidents.

Un parfum ?

Je suis anosmique. Je porte quand même un déodorant de la marque Aesop, qui sent bon, me dit-on.

Une coquetterie ?

J’achète une paire de lunettes de soleil par an (et j’en perds une tous les deux ans). Je vais chez Wauters-Serpieter, au 55 de la rue Blaes, à Bruxelles : on n’y vend que des marques d’indépendants, faites par des artisans, des pièces uniques.

Le style que tu apprécies chez les femmes ?

Un beau t-shirt et un beau jeans : ça claque, pas besoin d’en faire plus. Les Parisiennes sont assez douées pour ça.

DÉCOUVREZ NOTRE RENCONTRE AVEC ALEX VIZOREK EN INTÉGRALITÉ DANS LE GAEL DE NOVEMBRE, DISPONIBLE EN LIBRAIRIE DÈS MAINTENANT.

Nouveau: le GAEL de novembre est disponible dès maintenant!

PLUS DE GUESTS: