L’une des plus grandes villes au monde est aussi cette année la capitale du design. À voir, entendre et goûter l’incroyable variété de ses quartiers, votre cœur battra aussi vite que l’énergie qui anime la cité mexicaine. Notre journaliste vous emmène illico à Mexico!

L’Amérique du Sud vous intéresse? Voici 5 destinations que vous devez visiter sans plus attendre!

Nous commençons notre séjour à Mexico par le quartier Colonia San Rafael, dans le district de Cuauhtémoc. On se croirait dans un village. Un homme pousse une charrette charge de fruits, une femme l’observe, accoudée à sa fenêtre. Une voiture passe, faisant jaillir de l’habitacle de la salsa à plein tube. Deux jeunes filles sautillent en criant sous le jet d’un tuyau d’arrosoir… Il nous faut un moment pour nous rendre compte que oui, nous sommes à Mexico City, et que cela fait une heure et demie que nous roulons en taxi pour aller d’un côté à l’autre de la ville!

COLONIA SAN RAFAEL: TOUT RESPIRE L’ART

Les colonias sont les quartiers qui composent les seize districts que compte Mexico City. Si vous voulez vraiment découvrir la ville, il faut se rendre dans différents colonias. Chaque quartier donne une impression de communauté locale. Dans ce coin, les maisons nous semblent particulièrement grandes. San Rafael et le Centro Histórico sont les quartiers les plus anciens de la ville. « C’est là que vivaient les riches, dans des mansiones », explique Elvia, notre guide, en pointant les maisons de maître. Beaucoup d’entre elles sont restées à l’abandon quand la première génération d’habitants a quitté la ville. Certaines demeures ont été squattées. Les nouveaux occupants sont des artistes, des compagnies théâtrales et des architectes... Ici, il existe encore une scène underground et elle est plutôt dynamique.

Centro Histórico: gastronomie locale

À la terrasse du Primer Cuadro Steakhouse, nous testons les fameux nopales, des feuilles de cactus dans une sauce mexicaine, avec du fromage râpé. Ici aussi, les bruits de la ville sont couverts par des chants, même si nous nous trouvons sur une des plus grandes places du monde, la Plaza de la Constitución (Zócalo). Le centre est l’endroit idéal pour tester les plats authentiques mexicains, nous nous rendons ensuite à l’Hostería de Santo Domingo, qui date de 1860. Le restaurant est blindé de monde. Dans les vitrines trônent des poupées en feuilles de maïs et poterie. On nous recommande un plat typique, chiles en nogada, au piment, oignons, pomme, ananas, grenade, noix et noix de pécan, et même du chocolat et de la banane! Magique, et cuisiné avec amour, comme dans le célèbre roman de Laura Esquivel, Como Água para Chocolate (Chocolat amer).

Polanco : place au design

Mes compagnons de table trouvent étrange que nous logions à San Rafael, alors qu’à leurs yeux, c’est le quartier Polanco qui possède les œuvres d’art les plus importantes. Il y a le Palais des beaux-arts et la célèbre fresque de Diego Rivera, et le grand parc Bosque de Chapultepec, où se trouvent plusieurs musées d’envergure et une foule d’objets de design le long des allées de promenade. Et surtout, pour tout amoureux de design et d’architecture qui se respecte, c’est dans ce quartier que l’on trouve la Casa Luis Barragán.

Roma et Condesa: repaire de hipsters

Notre guide, Rocío Azul, est photographe. Née ici, elle connaît la ville comme sa poche et nous montre les quartiers trendy. On part se balader dans Roma et Condesa. «Regardez bien où vous mettez les pieds!» Elle a raison de nous mettre en garde, les racines des arbres gigantesques ont déformé les trottoirs. Les couleurs vives du street art contrastent avec le style de construction baroque français. «Roma Norte regorge de maisons de maître appartenant aux familles riches. Aujourd’hui, ce sont des boutique-hôtels, des galeries d’art et des établissements horeca ou musicaux», explique Rocío. Nous passons devant des terrasses pleines de monde, un mannequin pose dans la lumière des flashs, des femmes à chapeaux cherchent la pièce rare parmi les tringles de fringues vintage. Les hipsters ont été les premiers à découvrir ce coin et le quartier, malgré les dégâts causés par les derniers tremblements de terre, reste très prisé. À Mercado Roma, le premier food hall de la ville, nous passons devant des échoppes de churros et de tacos vegan. Quand nous manquons de trébucher sur un petit cochon vietnamien en laisse qui renifle les pieds des arbres, on se dit que notre quota d’hipsteritude est atteint pour la journée et que nous avons bien mérité une pause.

Coyoacán: chez Frida et Diego

«Ne pas visiter Coyoacán, c’est impensable!» Devant la détermination de Rocío, nous abreuvons nos mirettes de couleurs intenses: des maisons violettes, un minibus VW jaune vif qui claque devant des façades rouges… Il faut s’arrêter souvent pour prendre le temps d’admirer la poésie qui se dégage de l’art de la rue.  À la Casa Azul, l’ancienne demeure de Frida Kahlo, j’essaie d’imaginer la vie de la célébrissime artiste. «Il fallait le faire, peindre de son fauteuil roulant tout en entretenant une relation tumultueuse avec Diego Rivera», sourit Rocío en nous faisant un clin d’œil. En plus de Frida et Diego, plusieurs intellectuels et révolutionnaires ont bien connu la vie nocturne de cette partie de la ville. Leon Trotski et Gabriel García Márquez, pour ne citer qu’eux. Au Mercado Artesanal de Coyoacán, on peut s’offrir quelques bijoux de créateurs locaux en souvenir et caler une petite faim avec les gorditas grillées (une sorte de tortilla) au maïs vert. Il y a de la musique live dans les cafés et toute la place près du Jardin de Centenario et de la fontaine Fuente de Coyotes vibre et bourdonne.

Immanquables dans les environs

À 20 km, dans la banlieue sud Xochimilco

Une publication partagée par It’s Mou, Bitch 💅 (@moucatt) le


C’est l’un des seize districts de la ville, tout au sud. Le dépaysement donne la sensation d’avoir quitté la ville, avec ses canaux tranquilles où l’on peut explorer le réseau de voies navigables en canoë, le long de jardins flottants (chinampas).

À 50 km au nord-est Teotihuacán

Cette ville a été construite bien avant l’époque des Aztèques et des Mayas, à l’ère précolombienne. Les ruines impressionnantes témoignent de l’importance de la ville de jadis. À l’entrée, les guides se bousculent pour vous conter l’histoire de la gigantesque Pyramide du Soleil. Pour profiter du plus beau panorama, il vous faudra grimper tout en haut, au Temple de la Pyramide de la Lune, d’où vous verrez tout le boulevard Calzada de los Muertos. Mieux vaut y aller très tôt, ou juste avant le coucher du soleil, pour éviter la foule et parce qu’il peut faire très chaud en pleine journée, sans la moindre ombre.

À 90 km vers le sud Cuernavaca

Si vous avez un peu de temps, allez à Cuernavaca, la capitale de l’État fédéré Morelos. Comptez une heure et demie de route pour arriver à la Ville du printemps éternel, où les bougainvillées fleurissent toute l’année. Vu la distance, il est conseillé de passer une nuit sur place. Malheureusement, la petite ville pittoresque a souffert des tremblements de terre de 2017.

À 140 km à l’ouest Valle de Bravo


La charmante ville coloniale de Valle de Bravo est parfaite si vous désirez voir un peu plus de nature. Les riches Mexicains adorent y passer le week-end pour se promener dans la région.

SUR LE MÊME THÈME: