Paris sans les touristes, mais… avec vous dans le rôle principal. Plutôt un bon plan non ? Si vous aimez vivre Paris « de l’intérieur » en testant les meilleures adresses fréquentées par les locaux, découvrez nos bons plans pour un week-end branché, cool, arty et forcément « zéro prise de tête ». Cover: (c)Vacarme, Créatures et Stéphane Riss.

Vous avez prévu un séjour à Paris? Bon plan resto, meilleurs rooftops et hôtels de luxe: on vous livre ici toutes nos bonnes adresses parisiennes !

01

Le Grand Quartier : un séjour cool, chic et couleur locale

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Le Grand Quartier (@legrandquartier)

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Situé dans le dixième arrondissement, cet hôtel qui se veut d’abord un espace de vie pour les Parisiens (avec boutiques, cantine, studio de yoga et espace de travail partagé) a tout bon. D’abord à cause de sa situation, près d’une foule d’adresses en vue. En moins d’une demi-heure de marche, vous pouvez rejoindre de chouettes coins de Paris. Plusieurs bus (dont le 38, le chiffre magique) vous permettent de rejoindre restos, musées, magasins et bars sans vous prendre la tête. L’équipe, toujours au petit soin, vous filera un max de bons plans. Les chambres de l’hôtel donnent toutes sur la cour intérieure : une terrasse où vous pouvez vous installer pour chiller avec un bouquin… et un verre de vin. On adore le salon (qui sert aussi d’annexe à la salle du petit-déj’) décorée de fauteuils cosy, œuvres d’art et beaux livres. A découvrir aussi : Vacarme, la cantine de l’hôtel et le rooftop avec vue sur les toits de Paris. On note également les petits « plus » du concept : le cours de yoga proposé aux résidents de l’hôtel, ainsi que le Morning Bag (jus d’orange + madeleine) qui vous est offert, même si vous n’avez pas pris le supplément petit-déj.

02

Tables végétales : nos deux bonnes adresses

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Créatures Paris (@creaturesparis)

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Julien Sebbag voue un culte presque mystique aux légumes qu’il vénère, idolâtre et sublime. Après avoir testé ses deux adresses parisiennes, on va dire que cette obsession est plutôt une bonne nouvelle. Son truc : le food sharing, un concept qu’il maitrise à la perfection. Dans ses restos, c’est simple : vous ne pouvez tout simplement pas faire autrement que de mettre les plats au milieu de la table et de tout partager. Chez Créatures, son adresse plantée sur le rooftop des Galeries Lafayette, vous mangez en profitant de vue sur la Tour Eiffel. La terrasse saisonnière de Créatures propose une carte végé centrée sur des plats aux noms délirants : Always in The sun (baby concombre, fenouil croquant et cranberries) ou encore le divinissime The Boat that Rocked (aubergine, thina, tomates).

Chez Forest, la seconde (et toute récente) adresse du chef logée, cette fois, dans le Musée d’art Moderne (rien que ça !), c’est la Tour Eiffel qui sert une nouvelle fois de décor à votre festin. Éthique, green et ultra créative, la carte végétale un peu plus chic, flirte, cette fois, avec la viande et le poisson. La liste des cocktails terre/feu est démentielle. Autodidacte et résolument rock’n’roll, ce jeune chef fait se rencontrer cuisine juive et ckins d’œil branchés comme on n’en trouve qu’à Londres ou New York. Et nous ? On adore.

03

Brunch + expo : le duo gagnant

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Broadway Caffe (@broadwaycaffe)

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

C’est l’expo à voir en ce moment à Paris. Celle de l’un des artistes les plus cotés au monde. Pendant le confinement, le très banquable Damien Hirst a eu envie de retrouver le plaisir charnel de s’attarder sur une toile, de la couvrir de couleur et, par la même occasion, de recréer la magie du geste pictural. Les 30 grands formats de sa série Cherry Blossoms (à voir jusqu’au 2 janvier 2022 à la Fondation Cartier pour l’Art Contemporain : un musée bijou dont la structure en verre et acier est signée Jean Nouvel) : une variation sur un même thème qui nous plonge dans un jardin japonais pendant la courte et chromatiquement divine floraison des cerisiers. Difficile de résister à l’irrésistible attrait de ces grands formats dont on sent qu’ils ont été peints avec l’avidité d’un grand enfant qui a retrouvé la passion d’une peinture charnelle.

A quelques minutes à pied de là, au bout du boulevard Raspail, le nouveau Broadway Caffe est le point de chute rêvé pour débriefer l’expo et caler votre ventre affamé. Vous pouvez commander une pizza divine cuite dans un four napolitain XL au look aussi funky que l’ambiance du resto décoré dans un esprit résolument pop, mais on vous conseille plutôt de miser sur le brunch dominical gourmand et inspiré. Installez-vous sur un siège en osier tressé ou sur une balançoire et testez la gargantuesque assiette Healthy : omelette champi et toast à l’avocat.

04

Comme à l’auberge, mais en mieux

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Si vous aimez être l’une des premières à tester les table dont tout le monde parle déjà, ne perdez pas une seconde et courez diner à l’auberge Nicolas Flamel. Située un peu à l’écart des grands axes, dans un toute petite rue, cette vieille maison parisienne (la plus vieille auberge de la capitale complètement rénovée cette année dans un cadre chic, mais pas snob) accueille depuis peu un jeune surdoué. Ex sous-chef d’Alain Ducasse au Plaza Athénée et du restaurant de l’hôtel Thoumieux, Grégory Garimbay donne à cette adresse une patine contemporaine. Les bases restent classiques, les accents sont contemporains, légers, mais néanmoins rock’n’roll. Et si la sauce prend, c’est que chaque plat invite des saveurs insolites : les tomates plein-champ flirtent avec le côté rassurant et voluptueux d’une ricotta fumée. Le caviar Kristal se tape l’incruste dans une langoustine très inspirée. Et que dire du homard bleu ou encore des géniaux ris de veau. En arrivant, ne manquez pas de jeter un œil à la fresque XL de 2shy, un artiste belge installé à Paris. Elle est planquée dans la rue d’à côté.

+ D’ADRESSES PARISIENNES