Le cadeau idéal est un livre: pas besoin de batteries ou de manuel d’utilisation, il est beau, intelligent et prêt à vivre.

01

BD D’OR ET DE FEU

Qui sont les femmes fatales auréolées d’or qui peuplent les tableaux de Gustav Klimt? Pour répondre à cette question, il faut d’abord comprendre qui était l’artiste. Affranchi des conventions bourgeoises qui règnent à Vienne au début du 20e siècle, Klimt invite sur sa toile aussi bien ses fantasmes nocturnes que ses nombreuses maîtresses, sans oublier les riches épouses des mécènes qui le soutiennent. Les deux auteurs belges de cet album aussi esthétique que narratif mettent en scène le combat passionné de ce peintre visionnaire contre les convenances picturales et sociales de son temps. Un hommage réussi aux flamboiements du génie créatif.

Pour qui? Notre mère, qui rêve secrètement de révolutionner la peinture sur porcelaine.

  • KLIMT, JEAN-LUC CORNETTE, MARC-RENIER, 56 P., ÉD. GLÉNAT.
02

NOBEL À SUSPENSE

Lire Auprès de moi toujours est certainement la meilleure façon de faire connaissance avec Kazuo Ishiguro, le prix Nobel de littérature 2017. Si le titre français suggère une histoire à l’eau de rose, rétablissons tout de suite les choses: aucune trace de passion ni de déclarations enflammées dans ces pages. Le romancier britannique d’origine japonaise nous plonge ici dans les eaux calmes mais inquiétantes d’une dystopie. En évoquant les souvenirs en apparence banals de son adolescence dans un pensionnat, Kath, la narratrice, dévoile peu à peu au lecteur les déterminismes effrayants qui pèsent sur son existence. Adapté au cinéma en 2010 avec Keira Knightley et Carey Mulligan, ce roman d’anticipation soulève des questions aussi glaçantes que passionnantes.

Pour qui? Notre amoureux qui relit en cachette la saga Harry Potter. En plus de passer pour un intellectuel, il aura le bonheur de retrouver l’atmosphère et les intrigues d’un pensionnat à l’anglaise, le tout imprégné de sacrifices et de destins hors du commun.

  • AUPRÈS DE MOI TOUJOURS, KAZUO ISHIGURO, 441 P., ÉD. LES DEUX TERRES.
03

LIENS DU SANG

Imaginez que votre frère, auquel vous n’avez pas parlé depuis plusieurs années, vous appelle en pleurant pour vous expliquer que l’on va lui couper les jambes. Soit il s’agit d’une très mauvaise blague (et vous feriez mieux de lui raccrocher au nez), soit ce n’est pas drôle du tout et vous allez devoir lui donner un coup de main (blague à part). C’est ce qui arrive à Olivia, qui voit sa vie privée et sa carrière prometteuse se détraquer avec l’arrivée d’un frère aux valeurs et aux expériences opposées. On salue le premier roman traduit en français de la journaliste néerlandaise Esther Gerritsen, qui signe ici une évocation intelligente et touchante des liens familiaux.

Pour qui? Notre frangin qui refuse de garder notre adorable chat pendant nos minuscules vacances.

  • FRÈRE ET SŒUR, ESTHER GERITSSEN, 170 P., ÉD. ALBIN MICHEL.
04

COMÉDIE HUMAINE

Les personnages de William Boyd sont rarement tout à fait satisfaits de leur vie. Ça tombe bien, nous non plus. Dans les neuf nouvelles jubilatoires de ce recueil, l’écrivain et scénariste britannique explore avec un brin de cruauté et pas mal d’humour les failles de ses protagonistes: une jeune femme en mal d’inspiration qui passe de romancière à chanteuse en passant par actrice et photographe, un homme marié qui ne peut pas s’empêcher d’embrasser les femmes qu’il croise, un romancier qui soigne un échec littéraire avec des huîtres, un cinéaste qui écrit tour à tour des lettres d’insultes et d’excuses… Avec tout ce monde-là, on ne s’ennuie pas.

Pour qui? Notre collègue qui pourra enfin ricaner du malheur des autres sans culpabiliser.

  • TOUS CES CHEMINS QUE NOUS N’AVONS PAS PRIS, WILLIAM BOYD, 304 P., ÉD. DU SEUIL.
05

PARESSE 2.0

Il y a des jours où le tri des chaussettes, l’arrosage des plantes et la file au supermarché semblent venir à bout de notre énergie. Face à ce constat inquiétant, Nicolas Santolaria, journaliste freelance de son état, a décidé de tester les ressources de l’ubérisation pour sous-traiter tous les éléments contraignants de son quotidien. Sans crainte des risques, il commande des repas livrés à vélo, soulève les pieds pour laisser passer un aspirateur autoprogrammé, obéit aux SMS de son potager connecté, délègue la création de son profil amoureux sur les sites de rencontre, mandate des inconnus pour traduire ses interviews ou aller voir les films qu’il doit chroniquer… Si le bilan n’est pas très enthousiasmant,
la lecture de cette enquête est totalement désopilante.

Pour qui? Notre meilleure amie qui laisse sa vaisselle sale dans l’évier en attendant que
les Japonais inventent un robot pour la nettoyer.

  • COMMENT J’AI SOUS-TRAITÉ MA VIE, NICOLAS SANTOLARIA, 223 P., ÉD. ALLARY.
06

Rencontres de papier

Le plaisir de la lecture ne vient pas seulement de la musique des mots, mais aussi des images qu’elle projette en nous. Pour illustrer le pouvoir des livres, 50 illustrateurs ont chacun dessiné la couverture du roman qui les a le plus marqués en expliquant les circonstances et les conséquences de cette lecture sur leur existence. Le résultat, aussi beau à regarder qu’à lire, forme une sorte de bibliothèque idéale dans laquelle on pourrait bien puiser de quoi illuminer nos soirées d’hiver.

Pour qui? Notre père qui relit pour la quatrième fois Le Comte de Monte-Cristo ou la voisine qui regarde des séries très bruyantes tous les week- ends.

  • L’ICONOGRAPHE, 112 P., ÉD. LA TABLE RONDE.

Culture: