Le Belge ROB WALTERS (37 ans) est photographe. C’est au Japon, le pays où il est installé depuis huit ans, qu’il a rencontré ASUKA (36 ans), lors d’un festival de rock underground. Par Emilie Plouvier. Photo: Duncan de Fey.

De Bruxelles à Osaka

ROB « Lors de ce festival, j’ai tout de suite remarqué Asuka. Je la voyais chanter sur les morceaux qui me plaisaient. »

ASUKA « Ce qui m’a attirée chez Rob, c’est qu’il était le seul étranger présent à ce festival. D’habitude, je n’en croisais aucun. Comme j’avais vécu un an en Australie et que j’avais envie de parler à nouveau anglais, je me suis approchée de lui. C’est comme ça que nous avons commencé à discuter. »

ROB « Et nous n’avons plus arrêté. L’équipe de nettoyage a dû nous jeter dehors. Je lui ai donc proposé de poursuivre cette conversation le jour suivant autour d’un café. Je lui ai aussi demandé si elle serait d’accord pour que je la prenne en photo. Ça, ça marche toujours » (il rit).

ASUKA « C’est vrai » (elle sourit en roulant des yeux).

ROB « Comme j’avais très envie de la revoir, j’ai organisé un shooting au Japon la semaine suivante. Un projet perso pour lequel je l’ai engagée comme interprète. Nous avons donc été obligés de travailler toute la semaine ensemble. De retour du Japon, lorsque j’ai raconté mon voyage à ma mère, elle m’a tout de suite demandé quand je comptais m’installer là-bas. Les mères devinent tout. »

« Je ne pensais pas qu’un avenir avec Rob était envisageable. Je ne savais même pas situer la Belgique sur une carte »

ASUKA « Au début, je ne pensais pas qu’un avenir avec Rob était envisageable. Je ne savais même pas situer la Belgique sur une carte. »

ROB « Deux jours après la fin de ce shooting, j’ai demandé à Asuka si l’idée que je m’installe au Japon lui plairait. Elle m’a fait comprendre très spontanément que oui. À ce moment précis, j’ai senti que c’était bien parti entre nous. »

ASUKA « Entre la fin de ce shooting et le déménagement de Rob, nous avons pris le temps de faire vraiment connaissance. Nous nous parlions via Skype. Décalage horaire oblige, pour moi, c’était le matin. Pour lui, presque la nuit. Les quelques mois qui ont suivi son installation n’ont pas été simples non plus. Rob vivait à Osaka. Moi, j’habitais encore chez mes parents à l’extérieur de la ville. Pendant la semaine, il était donc le plus souvent seul. »

ROB « Lorsqu’Asuka m’a finalement invité chez elle, elle m’a présenté à son père comme un ami étranger qui s’intéressait à la culture japonaise. Sa mère, comme la mienne, a tout de suite compris ce qui se passait entre nous. »

« Nous avons ressenti une sorte de compréhension mutuelle entre nos parents »

ASUKA « Lorsque je suis allée pour la première fois chez les parents de Rob, ils avaient accroché un grand panneau “Bienvenue Asuka” sur la façade de leur maison. Ce moment, je ne l’oublierai jamais. »

ROB « Quelques semaines plus tard, lors de notre mariage, j’ai été touché de voir que nos parents respectifs pleuraient. Un peu comme si notre amour leur offrait de nouvelles perspectives. Ils étaient incapables de communiquer si Asuka et moi n’étions pas là pour jouer les interprètes, mais nous avons ressenti une sorte de compréhension mutuelle entre eux. Une complicité qui se passait de mots. »

ASUKA « Parfois, je me demande ce que j’aurais fait si Rob n’avait pas choisi de venir au Japon. Est-ce que je serais venue en Europe ? »

ROB « … Et ? »

ASUKA « À condition que Rob déménage avec moi, je pourrais vivre n’importe où dans le monde. »

Plus de témoignages dans notre dossier « Amoureux de nos différences », dans le nouveau numéro de GAEL, disponible en librairie!

GAEL janvier

LA RÉDAC’ VOUS CONSEILLE: