Connaissez-vous la paralysie du sommeil? Si ce trouble du sommeil ne dure que quelques instants, il n’en est pas moins marquant.

Un trouble du sommeil inquiétant

Imaginez la situation: vous venez de vous réveiller, vous êtes consciente mais… impossible de bouger le moindre petit orteil. Vous êtes totalement paralysée, bien que réveillée. Vous paniquez. Soudain, vous ressentez comme une présence dans la pièce, vous entendez un souffle, voire vous le sentez presque sur votre nuque. Vous voulez crier, mais impossible, vous êtes paralysée. Terrifiée, vous envisagez une série de scénarios: est-ce que je suis vraiment réveillée? Est-ce que je rêve? Est-ce que je vais me faire enlever par un psychopathe qui m’a droguée? Et, soudain, après quelques secondes terrifiantes, c’est la libération; vos membres réagissent de nouveau à vos appels. Perdue, vous allumez la lumière: que s’est-il passé? Était-ce le fruit d’un rêve ultra réaliste? Non, vous avez simplement vécu ce qu’on appelle une paralysie du sommeil.

C’est quoi?

Selon le site CIRCEE, la « paralysie du sommeil » est un trouble du sommeil qui arrive lors de la phase de l’endormissement ou au réveil. Elle est caractérisée par l’impossibilité de bouger ou de parler. Jusque-là rien de « bien grave » mais elle est souvent associée à une sensation de présence inquiétante et à des hallucinations sensorielles très impressionnantes. Cet état dure généralement quelques secondes et touche plus souvent les adolescents. Selon les statistiques, 20% de la population en aurait fait l’expérience, en particulier lors de leur enfance/adolescence.

Quelle en est la cause?

Pendant que vous dormez, vos muscles sont mis « au repos » grâce à une hormone, la glycine. Normalement, les hormones se dissipent avant la fin de votre rêve et, donc, avant votre réveil. Mais, parfois, il arrive que l’effet de ces hormones se prolonge et continue à endormir vos muscles alors que vous êtes éveillée. Le cerveau est dans un stade intermédiaire, entre le rêve et l’éveil. Paniqué, il essaie de trouver une explication, d’où les scénarios parfois effrayants. Cette paralysie s’accompagne souvent d’hallucinations.

Peut-on y échapper?

Malheureusement, il n’y a pas de remède miracle. Selon certaines études, cet épisode se produit plus régulièrement lorsque la personne est couchée sur le dos. S’il n’existe pas de solution, il y a un moyen pour rendre ces épisodes moins effrayants. Il suffit de rassurer votre cerveau! Le côté le plus marquant de cette expérience est le fait que vous ne comprenez pas ce qu’il se passe et votre cerveau ‘bouche les trous’.

Sur le même sujet: