L’amour, c’est un sentiment incontrôlable qui nous prend parfois au dépourvu. À 35 ans, Nathalie ne pensait pas tomber amoureuse d’un homme 20 ans plus âgé qu’elle. Voici son témoignage.

« Mon père avait tout arrangé… »

Nathalie: «Mon père avait tout arrangé. Après mes études de droit, j’allais travailler comme stagiaire pour un de ses anciens collègues. À 25 ans, je suis entrée dans son bureau pour la première fois. Je le connaissais, il nous rendait parfois visite. Mais j’étais toujours très nerveuse. Nous avons bu un café et avons eu une longue conversation à propos de mes ambitions et de mon rêve de pouvoir un jour travailler comme avocate. Jan s’est tout de suite montré très doux et attentionné. Quand j’ai vu mes parents le soir, j’ai fait un rapport détaillé de cet entretien. « Jan aime les belles femmes », a ri mon père. « Fais attention! », avait-il glissé.

J’appréciais beaucoup mon travail. Jan m’a rapidement confié ses gros dossiers. Parfois, nous restions assis ensemble pendant des heures sur un cas, puis il me demandait de donner mon point de vue. Jan m’a appris beaucoup de choses. Je lui en suis particulièrement reconnaissante. Petit à petit, il a commencé à parler de lui. Il était divorcé et avait deux enfants, l’un de seize ans et l’autre de dix-huit ans. Nous passions beaucoup de temps ensemble, nous sortions dîner quatre soirs par semaine. Jan ne faisait vraiment pas son âge. J’appréciais sa sagesse, son expérience de vie. Et il trouvait mon insouciance juvénile très attirante, m’a-t-il glissé un soir, mais je ne cherchais rien de plus.

Le déclic

Jusqu’à ce fameux voyage d’affaire à Amsterdam. J’étais invitée, on me considérait comme son bras droit, quel honneur! Jan est venu me chercher le matin et nous avons beaucoup parlé pendant tout le trajet. Nous n’avons pas uniquement causé droit, l‘atmosphère était très détendue. Pour la première fois, j’ai senti des papillons dans le ventre. Et ce sentiment ne m’a pas quittée du week-end. Quand j’étais seule dans mon lit, je ne pensais qu’à une chose: je voulais vraiment être avec lui. J’étais amoureuse d’un homme âgé de vingt ans de plus que moi. Comment était-ce possible?  »

Aucun doute

« Le lendemain, j’étais très calme sur le chemin du retour. Jan réalisa que quelque chose n’allait pas. Il ne m’a pas déposée à la maison, mais il nous a conduits directement chez lui. « Détends-toi avec un petit verre, » dit-il. J’étais vraiment contente qu’il m’amène chez lui. Nous avons bu du vin et profité de la compagnie de l’autre. « Je t’aime bien, » me dit-il soudainement. J’étais choquée. « Qu’allons nous faire maintenant? » a-t-il demandé. J’ai répondu sans utiliser le moindre mot, en l’embrassant.

« Chaque fois que ses enfants n’étaient pas là, je restais avec lui. Secrètement. Parce que nous savions que beaucoup de gens désapprouveraient notre relation… »

Je suis restée avec Jan cette nuit-là. Et cela m’a immédiatement semblé très familier. Tout comme les nuits suivantes. Chaque fois que ses enfants n’étaient pas là, je restais avec lui. Secrètement. Parce que nous savions déjà que beaucoup de gens désapprouveraient notre relation. Mes parents en premier lieu, mais Jan a assumé ses responsabilités. Il est allé le dire à mon père. Une conversation dure et émouvante. Mon père m’a appelée après. « Je suis déçu », m’a-t-il dit. « Je ne t’ai pas élevée comme ça. Comment peux-tu être aussi stupide? »

Une relation désapprouvée

Il n’était pas le seul. Mes soeurs n’ont pas compris non plus. Elles espéraient que mon histoire avec ce « vieil homme » serait bientôt terminé. Même des amis ont condamné mon choix. Seuls les enfants de Jan m’ont embrassée dès le premier jour. Parce qu’ils ont vu à quel point nous étions heureux ensemble. Je n’ai jamais douté de mon amour. Jan est l’homme de ma vie. Et après dix ans, il l’est toujours. Nous ne travaillons plus ensemble, mais nous partageons tout le reste. Nous rendons toujours visite à mes parents car je ne veux pas couper les ponts, mais l’atmosphère reste glaciale. Idem avec mes soeurs. « Comment peux-tu vouloir vivre avec un homme beaucoup plus âgé? », M’a récemment demandé une sœur. « Parce que je n’ai pas le choix », répondis-je. C’est vraiment comme ça. Jan et moi payons cher notre bonheur, mais entre-temps nous avons appris à vivre avec. « Tomber amoureux de toi est la meilleure chose qui me soit arrivée « , m’a dit Jan hier. À ce moment, j’ai réalisé plus que jamais à quel point ce combat contre les préjugés en valait la peine. »

Plus de témoignages: