Perdre? Ça JAMAIS! Certaines personnes ne peuvent pas participer à une activité sans être plongée dans la compétition. Pourquoi n’acceptent-elles pas la défaite?

Vous sautillez d’une idée à l’autre sans jamais aller au bout de vos idées? On vous explique ici comment en finir avec cette mauvaise habitude!

Deux types de soirée s’offrent à vous lorsque vous jouez avec un compétiteur. Option A, vous perdrez, il/elle est ravi(e). Option B, vous gagnez et c’est la guerre. Il/elle hurle, ronchonne, évoque un complot contre lui/elle et râle pendant le reste de la soirée (et plus si affinité). Mais pourquoi se met-il/elle autant de pression? Que se passe-t-il dans la tête des personnes qui ont développé un grand esprit de compétition?

Pourquoi?

Avoir l’esprit de compétition est une bonne chose: il nous motive à nous surpasser et à repousser nos limites perpétuellement. Mais, chez certaines personnes, cet esprit est trop développé au point d’avoir des conséquences négatives sur leur couple ou au travail. Cet esprit de compétition sur-développé provient, en quelque sorte, d’un manque de confiance en soi. Parce que l’on se sent complexé(e), on veut prouver qu’on est le/la meilleur(e) et qu’on mérite notre place. Par peur d’être repoussé ou abandonné, on veut se montrer irremplaçable et, pour l’être, nous devons tout gagner. Ce complexe peut trouver ses origines dans notre enfance: parce qu’on a été éclipsé à un moment ou un autre par notre frère ou notre soeur, on craint par-dessus tout d’être mis à l’écart, de ne plus être sous le feu des projecteurs. Blessé dans notre enfance, on cherche la reconnaissance et l’amour de nos parents, nos collègues et notre partenaire.

Comment atténuer les crises?

À force de toujours tout gagner, on en perd le goût de la victoire et on devient d’éternels insatisfaits. Elle a une belle maison et moi un appart? Je vais me battre pour avoir une villa plus grande qu’elle. Il a eu une augmentation? Je vais me surpasser pour toucher plus que lui. Le boss lui a fait un compliment? Je vais tout faire pour briller à la prochaine réunion. À force de vouloir tout gagner, vous mettez votre corps et votre cerveau sous pression et vous vous plongez dans un état de stress permanent, ce qui aura bien entendu des conséquences dévastatrices sur votre corps.

Pour essayer de retrouver un sens de la compétition “plus sain”, essayez d’arrêter de vous comparer aux autres. Chacun se développe à sa vitesse et, lorsque l’on est focalisé sur ce que les autres ont, on en oublie souvent ce qu’ils n’ont pas. Essayez aussi de comprendre ce qui vous motive: pourquoi éprouvez-vous ce besoin irrépressible de gagner? Est-ce que cette énième victoire va vraiment changer quelque chose à la manière dont les autres vous perçoivent?

Pas question ici de ne plus se battre et de vous laisser marcher sur les pieds: mais mesurez le potentiel de vos victoires. Ecraser les autres à un jeu de société vaut-il vraiment la peine? Lorsque la défaite se fait sentir, développez des mécanismes qui vous permettront de focaliser vos attentions sur autre chose. Ainsi, la défaite passera plus facilement et votre cerveau aura le temps de “refroidir” au lieu d’exploser. Vous pouvez aussi discuter de ce sentiment et de ses conséquences sur votre santé avec un psychologue ou votre médecin.

LISEZ AUSSI: