Avez-vous déjà entendu parler de l’asexualité? Cette orientation méconnue concernerait 1% de la population mondiale.

L’asexualité, c’est quoi?

Le terme asexuel désigne une personne qui ne ressent pas de désir sexuel et qui éprouve un total désintérêt pour le sexe. L’individu n’éprouve pas d’attirance sexuelle, que ce soit envers des hommes ou des femmes. C’est une orientation sexuelle (même si l’emploie de ce terme est encore contesté par certains scientifiques), au même titre que l’hétérosexualité, l’homosexualité, la pansexualité ou encore la bisexualité. Contrairement à ce que certains pourraient croire, il ne s’agit pas d’un trouble de la sexualité (comme la frigidité, le vaginisme ou encore l’anorgasmie – l’absence d’orgasme). Les asexuels n’aiment pas le sexe ou y sont simplement complètement indifférents.

Une forme d’abstinence?

L’asexualité ne doit surtout pas être confondue avec l’abstinence. Le fait d’être abstinent représente un choix personnel, une décision prise (temporairement ou non) par une personne. L’asexuel, lui, ne choisit pas de ne pas avoir de désir. Très peu d’études ont été menées jusqu’à présent sur cette orientation sexuelle. On sait juste qu’elle toucherait près d’une personne sur 100 et qu’elle concerne autant les hommes que les femmes. Cependant, selon une étude menée en 1983 par Paula Nurius, ce phénomène toucherait davantage les femmes que les hommes. Son étude a également montré que les asexuels étaient plus enclins à souffrir de dépression. Ainsi, d’après l’étude, 25,88 % des hétérosexuels, 26,54 % des bisexuels, 29,88 % des homosexuels et 33,57 % des asexuels présentaient des problèmes d’estime d’eux-mêmes.

Condamnés à la solitude?

Le sexe étant omniprésent dans notre société, il sera difficile pour une personne asexuelle de construire une relation avec un partenaire. Ainsi, l’absence d’attirance et de désir sexuels peuvent vite devenir un complexe, ce qui rend le sujet tabou et peut provoquer un sentiment d’exclusion, voire d’anormalité. Mais est-ce que, pour autant, les personnes d’orientation asexuelle ne peuvent pas être en couple? Rien n’est plus faux! Si ces personnes ne développent pas d’attirance sexuelle, elles peuvent très bien s’épanouir dans une relation amoureuse: il suffit juste de trouver le parfait compromis entre son manque de désir et les attentes de son partenaire.

POURSUIVEZ VOTRE LECTURE: