Ce sont un peu les mécaniciens de l’amour, les « docteurs su sexe ». Quatre d’entre eux nous ouvrent les portes de leur cabinet et nous livrent leur meilleur conseil.

Sexologue: une profession qui intrigue tout autant qu’elle intimide. Qui n’a jamais souhaité laisser traîner une oreille du côté du cabinet d’un de ces thérapeutes spécialisés dans ce que nous avons de plus intime? Rencontre avec quatre experts du lit, qui vous livrent leurs précieux conseils pour une sexualité sans ratés.

01

Planifier son intimité

William S. est anthropologue et sexologue clinicien. À 28 ans, il a ouvert son cabinet de sexologie. 70 % de ses patients sont des hommes. Il est notamment spécialisé dans les problèmes d’érection et d’orgasme. Il propose aussi des thérapies de groupe et officie en tant que sexologue dans une maison médicale.

Son conseil

« La plupart des gens ont un agenda. Mais ne leur demandez pas de planifier leur intimité ou leur vie sexuelle. Ils sont convaincus que le sexe doit forcément être spontané. Au final, en l’absence d’initiative réelle, il ne se passe rien. Pour que la sauce prenne, il faut se ménager des temps libres. Pour ne pas se perdre et rester connectés, les couples ont besoin de parler. Lorsque les gens se plaignent de ne pas connaître d’orgasme, je leur rappelle qu’il est important, si l’on veut avoir du plaisir, de faire preuve d’un minimum d’égoïsme. Pour jouir, il faut pouvoir s’extraire du quotidien et trouver une sorte de paix intérieure. »

02

Comprendre son passé

Stéphane B. est docteur en philosophie et sciences morales. Il est également titulaire d’un master en sciences familiales et sexologiques. Depuis 2002, il officie en tant que sexologue, spécialisé dans les questions de genre et la dépendance au sexe, mais il s’intéresse également à tous les volets de la sexologie.

Son conseil

« Pour résoudre un problème, il est essentiel d’en comprendre l’origine. La sexualité se construit depuis l’enfance. Chacun de nous accumule un ou plusieurs fardeaux dont il est important de pouvoir parler dans un cadre thérapeutique. Dans ce sens, je me démarque de la méthode d’un thérapeute comportementaliste, qui va principalement prescrire des exercices à ses patients. Si cette technique fonctionne, elle diffère de la mienne. »

« Lorsqu’un couple m’explique que l’homme a deux fois plus envie de sexe que sa compagne ou l’inverse, ce n’est que le sommet de l’iceberg »

03

Miser sur les caresses

Elise R. a étudié la criminologie et les sciences religieuses avant de se former au métier de sexologue. En marge de son activité d’enseignante, elle officie dans un cabinet en tant que sexologue. Elle est spécialisée dans les divergences d’ordre sexuel au sein du couple.

Son conseil

« Lorsqu’une personne se plaint d’un manque de libido, je crois beaucoup en la thérapie Sensate Focus de Masters & Johnson. Il s’agit d’exercices majoritairement centrés sur des caresses dont le but est de mettre votre vie sexuelle en mode reset. Au début du processus, l’acte de pénétration est interdit. Le couple est invité à analyser sa vie sexuelle sur un plan beaucoup plus large. Pour une femme qui a trop tendance à ne se focaliser que sur cet aspect des choses, c’est essentiel. Cela va lui permettre de se détendre et de mieux appréhender la suite. »

04

Faire l’amour jusqu’au bout

Erika P. a étudié les langues germaniques avant de se lancer en tant que sexologue, il y a 16 ans. Sa spécialité: le contexte relationnel d’un problème de couple.

Son conseil

« Je me souviens d’un vieux monsieur dont la femme venait de mourir d’un cancer. Il m’a expliqué qu’ils avaient fait l’amour jusqu’à la fin, malgré la maladie. C’est même elle qui avait insisté. Elle demandait à l’infirmière de lui mettre ses plus beaux dessous. Faire l’amour avec son mari lui permettait d’oublier son cancer. Elle redevenait une femme à part entière. Nous sommes tellement focalisés sur l’orgasme que nous oublions que le sexe est d’abord un acte d’amour. Cette jolie histoire nous permet de nous en souvenir. »

Sur le même sujet: