La vie peut se mettre sur pause, mais pas l’envie de tomber amoureux. Nos témoins se sont rencontrés en pleine période de lockdown. Par Evelyne Rutten. Phtos: Rebecca Fertinel.

Les amants du confinement

DORIAN (40 ANS) « Je vis avec mes deux enfants dans la maison de mon père, une ancienne ferme assez grande pour tous nous abriter. Catherine habite avec son fils quelques maisons plus loin. Je suis photographe et Catherine est maquilleuse, donc nous nous croisions de temps en temps. En fait, nous nous connaissions de loin depuis quinze ans. »

CATHERINE (49 ANS) « Pendant le confinement, je le voyais passer tous les soirs quand il allait se promener avec ses filles. On se saluait toujours avec enthousiasme, mais nous n’étions jamais allés l’un chez l’autre. Jusqu’à ce que son père veuille emprunter ma tronçonneuse. Je suis allée chez eux et pour la première fois, j’ai eu une vraie conversation avec Dorian. J’ai vite compris que le contact avec d’autres personnes lui manquait. »

DORIAN « Quand j’ai rapporté sa tronçonneuse quelques jours plus tard, de nouveau, on avait plein de choses à se dire. À ma grande surprise, elle a proposé de nous accompagner lors d’une de nos promenades. Ce qu’elle ignorait évidemment, c’est que quinze ans plus tôt, elle me plaisait déjà. Je n’avais rien montré à l’époque car elle était en couple avec un de mes amis. Mais là, elle était célibataire, alors j’ai tenté ma chance. »

“Il m’avait même demandé de venir avec mon propre verre à cause de la Covid (rires).”

CATHERINE « Je pensais que nous allions simplement regarder les étoiles filantes, mais il avait prévu du vin et des couvertures. Il m’avait même demandé de venir avec mon propre verre à cause de la Covid (rires). Je ne savais pas trop ce qu’il avait derrière la tête. Dorian est un super bel homme. Je me souviens d’une de ses ex : un vrai canon ! Jamais je n’aurais imaginé qu’il puisse être attiré par moi… »

DORIAN « Ce soir-là, dans la forêt, nous avons un peu trop bu. La sensation était extrêmement familière, un peu comme deux vieux amis qui ne s’étaient plus parlé depuis bien trop longtemps. En fait, c’était super romantique, mais il ne s’est rien passé. »

CATHERINE « J’ai tout de même eu du mal à m’endormir après ça. Je gambergeais, je me demandais s’il était vraiment intéressé. Deux jours plus tard, j’ai eu la réponse, lors d’une nouvelle balade. Nous avons vu en même temps une gigantesque étoile filante. Il m’a regardée dans les yeux et il m’a embrassée. J’étais un peu méfiante au début, mais ses sentiments étaient sincères. Alors j’ai très vite complètement craqué à mon tour. »

DORIAN « Sans le confinement, ça serait peut-être jamais arrivé… »

CATHERINE « Comme le monde extérieur semblait lointain, on a eu l’occasion de s’accorder une tout autre attention. Et pourtant, tout semble complètement logique et naturel. »

DORIAN « Quand la vie normale reprendra, nous n’aurons même pas à présenter notre nouveau partenaire à nos amis, car ils nous connaissent déjà tous les deux. D’ailleurs, personne n’est vraiment étonné, notre couple est comme une évidence. »

CATHERINE « C’est très agréable que nous soyons voisins, car la question de la cohabitation ne se pose pas. Reconstituer une famille n’est pas une fin en soi pour moi. Je ne voudrais pas brusquer nos enfants. Les siens sont encore jeunes et je tiens à faire les choses en douceur. Avec le système de gardes alternées mis en place avec nos ex-partenaires, actuellement, nous nous voyons une semaine sur deux. C’est l’idéal. »

DORIAN « Pour ma part, j’aimerais qu’on vive ensemble, avec tous nos enfants, à la ferme ! Cela se fera peut-être plus tard. »

Retrouvez notre dossier “Amants du confinement” en intégralité dans le GAEL de mai, disponible dès maintenant en librairie!

Lisez aussi: