Ces parents au foyer s’amusent à gérer la maisonnée comme une petite entreprise. Ayant connu le monde du travail, ils savourent leur choix d’une vie moins stressée et se consacrent avec pragmatisme à leur nouveau full time. Emmely, 43 ans, nous raconte son quotidien de maman à temps plein. Par Evelyne Rutten, avec la collaboration d’Anne-Sophie Kersten. Photo: Liesbet Peremans.

Le témoignage d’Emmely, maman de 4 enfants

Emmely: « J’ai eu deux enfants avec mon ex, on travaillait ensemble dans son business dans l’horeca. Après notre rupture, la vie a été très compliquée : ses horaires de boulot rendaient la coparentalité difficile, et c’est moi qui ai géré les enfants à temps plein. J’avais trouvé un job d’employée commerciale et administrative dans une entreprise de construction, mais je n’y étais pas heureuse. À la crèche, c’était toujours moi la dernière à récupérer mes enfants. En tant que maman célibataire, je me sentais tout le temps en échec. Dur, dur. Lorsque, quelques années plus tard, j’ai rencontré mon compagnon actuel, il a eu envie qu’on ait un enfant. Et l’échographie a révélé que le petit troisième n’était pas tout seul… J’attendais des jumeaux. Des complications m’ont obligée à rester à la maison, au calme, dès le cinquième mois. J’ai alors découvert le bonheur de tenir la maisonnée sans le stress de la course effrénée. Un jour, mon homme m’a demandé si je n’avais pas envie de quitter mon job. Ses revenus nous suffisaient. Honnêtement, je n’ai pas hésité un instant.

“On a désormais le temps de papoter, de se faire des parties de câlins tous ensemble, de faire manger les enfants à une heure décente, de les mettre au lit sereinement.”

Passer d’un temps plein à maman au foyer m’a apporté une grande sérénité. Notre vie de famille est totalement transformée. On a désormais le temps de papoter, de se faire des parties de câlins tous ensemble, de faire manger les enfants à une heure décente, de les mettre au lit sereinement. Mon homme, qui quitte tous les jours la maison à 5 h du matin et ne revient qu’à 19 h, ne doit plus se soucier du domestique. Le week-end, il est là pour nous à 100 %. Quand il est à la maison, il est vraiment là. 

Comment mes journées se déroulent ? Je blague parfois en disant que je gère une wasserette à temps plein. Les heures filent, je ne connais pas l’ennui. J’ai la chance d’avoir une femme de ménage, ce qui me permet de prendre aussi du temps pour moi. Je me balade, je fais du sport, je déjeune avec des amies. Je m’implique activement dans la scolarité des enfants et je me suis engagée en tant que maman-lectrice à l’école, pour en aider d’autres à apprendre à lire. Je m’investis dans des tas d’activités. La famille, les amis et les connaissances autour de moi savent où sonner : si quelqu’un tombe malade, je fais leurs courses, leur apporte à manger. Cela me donne beaucoup de satisfaction. J’aime juste un peu moins les mois d’hiver, un peu vides, coincée à l’intérieur. Dès que le soleil pointe un bout de rayon, je sors.

Mon homme et moi avons conclu des accords financiers si jamais l’avenir nous séparait, et je lui fais entière confiance. Je suis tellement heureuse que ça clique si bien entre lui et mes deux grands. On forme une famille très soudée, épanouie. On dirait bien que j’ai reçu une deuxième chance pour le bonheur. »

20x PLUS DE FEMMES

Selon les derniers chiffres officiels, la Belgique compte 1,85 million d’hommes inactifs et 2,43 millions de femmes inactives (comptés au-delà de 15 ans). Parmi eux, il y a 8,9 % de femmes et d’hommes au foyer, mais avec 20 (!) fois plus de femmes que d’hommes. Cela représente 362 000 femmes, contre 18 000 hommes au foyer.

DÉCOUVREZ CET ARTICLE EN INTÉGRALITÉ DANS LE GAEL DE MARS, DISPONIBLE EN LIBRAIRIE.

LISEZ AUSSI: