Certaines personnes ne peuvent pas faire de sport. Non pas parce qu’ils ont la flemme, mais parce qu’ils sont allergiques au sport! Ce n’est donc pas qu’une excuse bidon pour ceux qui veulent sécher le cours de Zumba, mais une condition médicale réelle.

Running, fitness, crossfire ou encore cours de spinning ne sont pas fait pour tout le monde. Et si l’on vous disait qu’il était possible d’être allergique au sport? Absurde mais pourtant vrai!

Qu’est-ce que l’allergie au sport?

L’allergie au sport, appelée plus précisément anaphylaxie induite par l’exercice physique (AIEP), n’est pas une réaction du corps contre l’activité physique, mais est plutôt une réaction biologique pendant la pratique sportive. Vous n’allez pas attraper des plaques rouges sur le corps, mais vous aurez des fourmillements, des nausées ou encore des difficultés à respirer. Environ 50 personnes sur 100 000 sont touchées par cette maladie.

D’où vient-elle?

Même si elle est apparue en 1979, les chercheurs n’en connaissent toujours pas la cause. La dose de sport nécessaire à déclencher cette réaction varie chez chaque personne. Ce qui est encore moins facile pour déterminer d’où elle vient! Des théories supposent que l’AIEP survient lors de la prise de médicaments, du cycle menstruel et de certains aliments.

Peut-on se soigner ?

Les symptômes surviennent en général 30 minutes après le début de l’exercice physique. Les médecins conseillent d’en réduire l’intensité, ou d’interrompre la séance dès qu’ils sont ressentis. Vous pouvez aussi éviter de manger entre 6 et 8 heures avant de débuter l’exercice physique, éviter le sport durant les règles, ou lorsque les températures sont extrêmes.

À LIRE AUSSI: