Rasage, cire, épilateur électrique: vous avez tout essayé, rien ne semble faire la peau efficacement à vos chers poils? Et si la lumière pulsée était une solution? La rédac’ a testé le nouvel appareil Lumea de Philips, et vous donne son avis.

Ces dernières années, de nombreuses innovations en matière d’épilation ont vu le jour. Parmi elles, le désormais incontournable laser, qui séduit de plus en plus de femmes (et d’hommes!). Mais, spoiler alert: on n’a pas toutes l’envie ou les moyens de dépenser des sommes astronomiques et de souffrir le martyre pour dire enfin bye bye à nos poils. La bonne nouvelle? Des appareils permettent désormais de profiter de la technologie de la lumière pulsée depuis sa salle de bain, et promettent des résultats impressionnants.

La lumière pulsée, c’est quoi?

L’appareil à lumière pulsée émet des flashs lumineux, qui traversent le poil jusqu’à son follicule et sont absorbés par ce qu’on appelle la mélanine (dont la concentration augmente en fonction de l’intensité des pigments: plus votre poil est foncé, plus votre taux de mélanine est concentré). C’est le réchauffement de la zone par la lumière pulsée qui permet de, petit à petit, détruire le poil et casser son cycle de repousse.

On a testé: l'épilateur à lumière pulsée Lumea de Philips

Contrairement au laser, la lumière pulsée ne détruit donc pas définitivement le poil, mais le met en « cycle de repos » et vous permet de ne pas avoir à penser à vous épiler pendant plusieurs mois. Alléchant, non?

La lumière pulsée, qui peut y avoir recours?

Malheureusement, tout le monde ne peut pas avoir recours à la lumière pulsée. Pour pouvoir « détecter » la mélanine, l’appareil doit avoir affaire à un certain contraste entre le poil et la peau. Ainsi, il sera efficace sur les poils blond foncé, bruns et noirs et sur les teintes de peaux variant de très blanches à brun froncé. Il ne conviendra cependant pas au traitement des poils roux, blond clair ou blancs /gris, aux peaux très foncées ou au combo peaux très claire + cheveux blonds très clairs. À vous de bien en juger avant d’investir!

On a testé: l'épilateur à lumière pulsée Lumea de Philips

Lumea de Philips: notre test

Curieuse de tester cet appareil aux mille et une promesses, on a donc pu tester le Lumea Prestige de Philips. Notre diagnostic de base: une peau claire mais qui bronze facilement, et des poils bruns très foncés… plutôt fournis. On décide de s’attaquer aux zones suivantes: les demi-jambes, les aisselles et le maillot. La prescription Lumea: une séance toutes les deux semaines, pendant au moins deux mois, puis des séances de retouches toutes les 4 à 8 semaines. Let’s go! 

Les équipements

Lors de la première utilisation, tout roule plutôt bien: après s’être bien rasée (les poils doivent être rasés ou coupés ras avant chaque utilisation) on s’équipe des 4 têtes qui accompagnent l’appareil (destinées aux aisselles, au maillot, au visage et aux zones plus larges comme les jambes) et on télécharge l’app Lumea, qui permet de ternir un petit journal de bord et de vous rappeler de faire vos séances – hyper pratique pour les têtes en l’air comme nous.

L’appareil peut s’utiliser sans fil une fois rechargé, mais dispose aussi d’un câble d’alimentation qu’il vaut mieux laisser branché si, comme nous, vous choisissez de traiter plusieurs zones en même temps.

L’utilisation

Les indications de l’appareil sont claires et on apprécie tout particulièrement l’outil qui permet de choisir l’intensité du flash lumineux selon la zone: un petit coup de loupe, et Lumea vous dit exactement quelle intensité convient à votre peau! Impossible de vous faire mal. Seule ombre au tableau au niveau de l’utilisation: il s’agit d’être bien concentrée pour ne pas louper d’espace ou ne pas « flasher » deux fois la même zone. Pas évident de visualiser mentalement les parties déjà traitées, mais plus on utilise l’appareil, plus ça devient facile.

On a testé: l'épilateur à lumière pulsée Lumea de Philips

La douleur

Et justement, la douleur, parlons-en. De notre côté, rien de bien méchant à signaler – au mieux, on ne sent rien, au pire, le flash donne une petite sensation de chauffe et de petits picotements, souvent sur les zones où la peau est plus fine, comme les aisselles. Après une ou deux secondes, on ne sent plus rien du tout!

Les résultats

Le plus dur, dans tout ça? S’armer de patience! Après 3 séances, les premiers résultats sont visibles chez nous. Les poils repoussent de manière éparse sur les jambes, et les aisselles. À noter: il est tout à fait normal que de « nouveaux » poils poussent, puisque le cycle continue à évoluer entre les séances. Ils disparaissent donc petit à petit.

Mais c’est après la quatrième séance que les résultats sont impressionnants: quasiment plus de poils à l’horizon sur les jambes et les aisselles! Du côté du maillot, c’est plus progressif, mais on remarque déjà une belle évolution. Aucun effet secondaire à signaler, la peau est lisse et sans poils incarnés.

Va-t-on enfin pouvoir ranger notre rasoir? Pour quelques semaines en tout cas (et jusqu’à 6 mois)! Lumea préconise des séances de retouches toutes les 4 à 8 semaines en fonction de la repousse; à vous de gérer votre planning selon vos besoins.

Lumea, un investissement qui en vaut la peine?

Disons-le d’emblée: un appareil à lumière pulsée, c’est un investissement. Le Lumea Prestige de Philips (la version la plus haut de gamme) est vendu au prix de 549,99€, mais la marque propose également des alternatives plus démocratiques.

Si le prix paraît exorbitant au premier abord, un rapide calcul nous montre vite que c’est surtout un très bon investissement pour celles qui dépensent énormément d’énergie et d’argent dans leur guerre aux poils. Rasoirs, cire, séances chez l’esthéticienne, voire traitements laser: s’en débarrasser, c’est un vrai budget, vite rentabilisé quand on voit l’efficacité de Lumea.

Lisez aussi: