En pleine transition personnelle, notre GAEL Guest Alice on the roof a fait appel à Elizabeth, fière disciple de Marie Kondo, la papesse japonaise de l’intérieur. D’après un texte de Florence Hainaut. Photo: Lisa Carletta.

Alice au pays du bordel

Dans son petit appartement particulièrement ordonné, Alice accueille Elizabeth, dite « Eli », consultante certifiée de la méthode de rangement KonMari. « J’étais un peu stressée, j’ai tout rangé hier, raconte Alice. J’ai habité ici pendant deux ans, puis je suis partie vivre avec mon copain. On s’est séparés et je suis revenue ici. Il faut savoir que je suis très bordélique. Quand je me suis réinstallée, je me suis dit que c’était l’occasion de trier mes affaires. »

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas la méthode de rangement KonMari de Marie Kondo, l’élément le plus déstabilisant est peut-être celui-ci : « Quand on jette ou on donne quelque chose, n’oublie pas, on le remercie. En fait, en disant merci, tu coupes les liens affectifs avec l’objet. Ça rappelle l’importance des remerciements dans la vie. Ça fait rire les gens, l’idée de remercier leurs chaussettes, mais ça a un sens. Mais attention, c’est pas une secte, hein », nous prévient Eli.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Alice On The Roof 🏠 (@aliceontheroof) le

Trouver le rythme

Si, en apparence, cet appartement coquet a l’air d’avoir autant besoin d’un coach en rangement qu’Alice d’un cours de chant, les choses sont plus complexes. « J’ai surtout un gros problème de vêtements, j’adore ça et j’en ai trop. Mais n’y touchons pas, je les adore tous ! » « C’est un travail qui prend du temps, la rassure Eli. C’est à toi de décider combien de temps va durer le tien. C’est à ton rythme. Moi, je t’accompagne à partir d’aujourd’hui jusqu’à ce que tu penses que c’est bon. » Alice sait plus ou moins où elle met les pieds.

« La magie de la méthode, c’est qu’on range les objets par catégorie, pas par pièce ou endroit. Au début, j’ai fait un essai avec mes ciseaux. On les a tous réunis, on en avait dix-sept. C’est devenu parlant. Je ne savais même pas que j’avais ça. On a gardé ceux qu’on aimait et on a donné dix paires. Et je sais exactement où se trouvent les sept autres », explique Eli. Un exemple qui parle à Alice : « Je me rends compte que j’ai tendance à être fort dépensière et à racheter les trucs que je ne retrouve pas. Mais là, j’essaie de faire gaffe. »

« Accumuler, c’est être dans le futur, pas dans le présent. »

Accumuler, ce mot réveille sans doute Marie Kondo, la nuit, dans son lit fait au carré. Et Eli aussi, forcément : « Quand tu reçois quelque chose dans ta vie, c’est le moment de laisser partir autre chose de plus ancien. Je reçois une paire de chaussettes, j’en laisse partir une. » « J’ai été marquée par la philosophie de la gratitude, la manière d’accepter de se séparer des choses. Avant, j’avais la phobie de me débarrasser d’un objet et d’en avoir besoin plus tard. » Pour Eli, cette peur du manque indique que l’on n’est pas vraiment dans l’instant présent. « La méthode KonMari, c’est être aujourd’hui et maintenant. Le passé, il faut le laisser partir et le futur, on avisera. Accumuler, c’est être dans le futur, pas dans le présent. » Chacun son rythme et ses saisons. Le déclic pour ce type de changement de vie doit impérativement venir de la personne elle-même.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Marie Kondo (@mariekondo) le

Premier test

Elles se dirigent vers la première penderie. Alice avance avec l’assurance d’un chat qui sait qu’il va prendre une douche. « Ça, c’est un de mes placards », dit-elle devant des mètres de vêtements de toutes les couleurs. « Mais je les aime tous ! », rappelle-t- elle. « Allez, on va faire un test. Tiens, prends cette robe. » Eli a visiblement l’œil. « Je l’ai depuis deux ans et je ne l’ai jamais mise. Elle ne me va pas. Mais c’est quand même un beau vêtement. Je ne peux pas le jeter. Mais si, en fait. Allez ! » Test concluant.  « On va prendre chaque vêtement et se demander si ça t’apporte de la joie, OK ? » Alice frémit, de ses chaussures plateforme jusqu’à ses mèches roses. « Je préfère que tu m’expliques, et après je le ferai. » Mine circonspecte de la coach, qui sent l’échappatoire : « Mais attention, je vais vérifier, hein ! »

« Si les souvenirs te rendent heureuse, ne les cache pas! »

« J’ai beaucoup de souvenirs de concerts. Je me dis que quand je serai vieille, je serai contente de les avoir gardés », raconte Alice. Pas d’injonction à jeter son passé. Mais comme pour tout, il s’agit de lui trouver une juste place. « Les souvenirs, s’ils te rendent heureuse, montre-les, ne les cache pas. » C’est comme ça qu’une cliente d’Eli a tapissé un mur de tickets de concerts et qu’une autre s’est confectionné un rideau avec sa collection de t-shirts. La botte secrète d’Eli ? « Tu peux avoir une boîte ou une jolie petite valise où tu ranges les objets que tu veux conserver. Tu leur donnes une place. » Au début de notre rencontre, Eli nous l’avait dit : « Tu ranges chez toi, tu ranges ta vie. »

Les trucs et astuces d’Eli

  • Créez un tableau de visualisation, une sorte de scrapbooking de vie. Punaisez des images, photos, phrases qui définissent ce dont vous rêvez pour vous-même et votre vie. Gardez-le sous le nez. Dépunaisez l’image quand vous avez atteint votre but.
  • Vous avez du mal à vous séparer de votre fontaine à chocolat et de votre tente utilisée une fois en 2012 ? Donnez-les au site usitoo.be et soyez payée en crédits qui vous permettront de louer pour un usage temporaire un appareil à raclette, une perceuse… Et transformez enfin votre cave en salle de gym ou de méditation, il y a désormais plein de place.
  • Apportez vos objets chez l’association bruxelloise Fais-le toi-même qui aide à les réparer ou à créer. L’association propose également des ateliers (réparer ses vêtements, construire des meubles en palettes, fabriquer ses cosmétiques…). Parfait pour apprendre à chérir les choses matérielles faites avec vos dix doigts magiques.
  • On dit merci et au revoir au demi-quintal de modes d’emploi qu’on garde précieusement : « Tu tapes mode d’emploi et le nom de l’appareil sur Google et tu le trouves. » Mais c’est bien sûr, pourquoi on n’y avait pas pensé nous-mêmes ? « Les gens ont besoin d’un coach, au début, puis ils se rappellent qu’ils sont tout ce dont ils ont besoin. »

Pour aller plus loin

  • Le site d’Eli : wellbeingorganized.com.
  • Marie Kondo, La Magie du rangement (éd. Pocket), La Magie du rangement illustrée (éd. Kurokawa), Ranger : l’étincelle du bonheur (éd. J’ai lu).
  • Sur Netflix, la série L’art du rangement avec Marie Kondo.

Retrouvez ce sujet en intégralité et bien d’autres tips rangement dans le GAEL de juillet!

GAEL juillet

Sur le même sujet