Chaque soir, vous vous détendez en faisant du lèche-vitrine virtuel? Attention car cette addiction pourrait être une maladie mentale…

« Non mais je jette juste un coup d’oeil, je ne vais rien acheter« : telle est la promesse que vous vous faites lorsque vous surfez sur un e-shop. Mais cette petite jupe est si craquante, vous ne pouvez pas la laisser là. Et cette combinaison, et ce pantalon en velours pile dans la tendance à prix réduit. Et c’est ainsi que vous vous retrouvez avec un panier à trois chiffres, jurant par deux fois que l’on ne vous y reprendra plus… avant de recommencer quelques jours plus tard. Oui, le shopping compulsif est bel et bien une maladie, estime un expert en santé mentale.

Attention aux addictions…

Cachez cette carte bleue que je ne saurais voir! Le Dr Astrid Müller une chercheuse de l’École de Médecine d’Hanovre estime que le shopping, bien qu’il soit vivement recommandé pour se détendre, peut en réalité mener à un trouble mental. Une grande première… Selon la chercheuse, faire du shopping de manière compulsive serait révélatrice d’un trouble psychologique. Un phénomène qui toucherait 5% de la population, particulièrement les personnes souffrant de dépression et d’anxiété. Cette addiction est également favorisée par la multiplication de plate-formes bons plans comme Vestiaire Collective, Vinted ou encore des actions comme le Black Friday.

Le mal du siècle

Malheureusement, les personnes qui souffrent de ce trouble éprouveraient de nombreuses difficultés à sortir de cette situation. Le premier obstacle est l’absence de prise de conscience. En effet, ces personnes sont parfois isolées, ce qui ne facilite pas la prise de conscience. De plus, le shopping en ligne se faisant discrètement (et à n’importe quelle heure) l’entourage de la shopping addict ne cerne pas toujours l’ampleur du problème et n’est souvent pas au courant de sa détresse financière.

Comment en sortir?

Pour s’en sortir, il faut d’abord prendre conscience du problème (additionnez toutes vos dépenses shopping du mois pour avoir un chiffre concret ou tenez une sorte de journal alimentaire version dépenses). Ensuite, parlez en à un proche qui pourra endosser le rôle de coach (vous pouvez lui sonner quand vous sentez que vous allez craquer par exemple ou programmer des sorties ciné pour vous changer les idées pendant les soldes). Autre solution, vous pouvez utiliser des extensions de navigateur qui bloquent (temporairement ou non) certains sites, vous permettant ainsi de réduire les tentations. Désabonnez-vous également des newsletters des marques qui ne cessent d’envoyer leurs bons plans. Le changement, c’est maintenant!

+ de sujets psycho