Et si on profitait des vacances pour faire le plein de culture? En famille ou en solo, ces trois expos consacrées à la sculpture, la BD et la photo vont vous intriguer. Par Paloma de Boismorel.

01

Réalité retrouvée

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Le Botanique (@botanique_bxl)

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Perspectives déréglées, références insolites, familiarité inquiétante, formes distordues… Tels sont les procédés utilisés par les sept artistes de cette exposition qui réunit les étoiles montantes de la sculpture au sein de la Fédération Wallonie‐Bruxelles. Que ce soit dans les installations de Charlotte Lavandier, qui interrogent notre rapport à la banalité, ou dans les matières brutes que Benoit Jacquemin oppose à la dématérialisation du monde, toutes les œuvres tentent à leur manière de nous confronter au réel le plus pur en aiguillant notre regard vers ce que nous ne voyons pas, ou plus.

  • « SPECTRE », JUSQU’AU 7/8, AU MUSEUM DU BOTANIQUE, 236, RUE ROYALE, 1210 BRUXELLES. BOTANIQUE.BE.
02

Invitation au voyage

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Huberty & Breyne (@hubertybreyne)

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Organisée par la galerie Huberty & Breyne, spécialisée dans les originaux de BD, cette exposition magique a été imaginée par David Merveille. S’inspirant des couvertures du New-Yorker, le dessinateur bruxellois a demandé à une cinquantaine de ses confrères belges et européens — illustrateurs, affichistes et auteurs de bande dessinée — de réaliser la couverture d’un magazine imaginaire intitulé The Traveler. Certaines contributions d’artistes connus sont immédiatement repérables, comme celles de Philippe Geluck, dont le Chat continue ses pitreries, de Jean‐Claude Götting, avec son trait noir expressif, ou encore de Loustal, avec ses aquarelles ensoleillées. D’autres captent le regard par leur virtuosité ou la force de leur évocation. L’artiste Andrea Serio nous promène à coups de crayon devant les bâtiments néoclassiques d’Odessa, Rebecca Dautremer nous emmène dans un Paris délocalisé au cœur des Alpes tandis tandis que Laurent Durieux nous fait naviguer au milieu des bateaux au‐dessus de Central Park. Le voyage devient rêve et vice‐versa.

  • « THE TRAVELER », JUSQU’AU 27/8, À LA GALERIE HUBERTY & BREYNE, 33, PLACE DU CHÂTELAIN, 1050 BRUXELLES. HUBERTYBREYNE.COM.
03

INCOGNITO

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Bozar (@bozarbrussels)

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

L’histoire de Vivian Maier (1926-2009) est aussi magique que ses photos. Après une enfance passée entre les Alpes françaises et New York, cette passionnée de photographie travaille pendant plus de quarante ans comme nounou aux États-Unis, où elle profite de ses moments de liberté pour capturer ce qui l’entoure. Ce n’est qu’à sa mort que ses 150 000 images, la plupart restées sous la forme de négatifs, sont découvertes et montrées. Vivian est aujourd’hui considérée comme l’une des pionnières de la photographie de rue, aux côtés de grands noms come Diane Arbus et Robert Frank. La première expo qui lui est consacrée en Belgique se focalise sur l’autoportrait, qu’elle a pratiqué avec virtuosité, immortalisant ses traits anonymes pour la postérité.

  • « VIVIAN MAIER. L’AUTOPORTRAIT ET SON DOUBLE », JUSQU’AU 21/7, À BOZAR, 23, RUE RAVENSTEIN, 1000 BRUXELLES. BOZAR.BE.
PLUS DE CULTURE: