En termes de musique, on a toujours soif de découvertes et de nouveautés. C’est pourquoi on vous fait part de nos trois morceaux préférés du moment.

01

MGMT – Little Dark Age (Sony)

L’hiver est moins sombre et long avec le 4e album du duo new-yorkais composé d’Andrew VanWyngarden et Ben Goldwasser. Le single qui a donné son nom au disque est un sautillant hommage pop/dark au groupe emblématique de la new wave, The Cure. Les synthés eigthies sont très présents sur tout le CD, ainsi que quelques mélodies sucrées. Mais le résultat n’est pas si éloigné du son électro-psyché haut en fantaisie pour lequel on connaît et on aime le tandem.

02

Moby – Everything was beautiful, and nothing hurt (Little Idiot/V2)

Après son cri de colère rock-punk avec The Void Pacific Choir, Moby revient aux sonorités électro-soul qui ont notamment fait son succès sur son hymne mondial Play (1999). La mélancolie et la douceur dominent sur cet album qui explore la spiritualité et l’humanité brisée, tout comme les voix féminines avec Raquel Rodriguez sur le poignant Like a Motherless Child, réinterprétation d’un chant d’esclave du sud des USA.

Dès le 2/03. 

03

Editors – Violence (Pias)

Le groupe originaire de Birmingham annonce la couleur avec le single de son 6e album studio, Magazine (orchestrations amples et refrains accrocheurs): le quintet vise les grandes scènes. L’univers de tout le disque est d’ailleurs plus pop avec beaucoup d’électro (le final cadencé du titre Violence, ou le très dance Counting Spooks). Le ton, lui, est énergique et fustige les assoiffés de pouvoir corrompus.

Dès le 9/03. En concert (complet) le 17/03 au Palais des Sports d’Anvers. 

Bonus – Le garçon du mois: Eddy de Pretto

Il grandit en banlieue parisienne, bercé par la chanson française qu’écoute sa mère, de Piaf à Brel et Nougaro (son timbre singulier l’évoque un peu) et par le hip-hop de Frank Ocean, Kanye West… Il suit des cours de théâtre avant de découvrir le chant et le piano à 12 ans. Dix années plus tard, le crooner aux textes poétiques et percutants s’impose comme la nouvelle sensation de la scène hexagonale, en réunissant la chanson traditionnelle et le rap. Son style unique et son charisme interpellent sur son 1er album, fortement autobiographique.

PLUS DE CULTURE: