Envie de vous évader dans les pages d’un bon roman? Notre journaliste mordue de littérature vous livre son top 3 du mois.

01

Table rase

À l’annonce du décès soudain de sa femme dans un accident de voiture, Vincent est surpris de ne rien ressentir. Pas la moindre peine, ni le plus petit regret ne l’effleure en pensant à la disparition brutale de celle avec laquelle il partage son quotidien depuis plusieurs années. Pour ce quadragénaire désabusé, dont la carrière musicale n’a jamais décollé, la mort de Karen est surtout l’occasion de faire un peu de ménage dans sa vie trop lissée. Ne s’est-il pas laissé aspirer par les ambitions de sa défunte épouse ? Échappant à son encombrante absence grâce à une tournée comme ingénieur du son pour un chanteur à succès, Vincent tente peu à peu de redéfinir ses rêves et ses manques jusqu’à ce que la vérité de ses sentiments finisse par émerger. Écrit par un ancien chanteur punk également auteur de BD et de chansons, ce thriller psychologique nous initie aussi bien à la psychologie masculine qu’aux backstages de l’univers musical.

Pourquoi c’est neuf en 2019? Parce que dans l’océan des romans feel-good, cette histoire de deuil sans émotions fait l’effet d’une douche froide tonifiante.

  • PEINE PERDUE, KENT, 192 P., ÉD. LE DILETTANTE.
02

Chagrin de jeunesse

Inscrit en droit à l’Université de Bordeaux, le jeune Philippe Besson tombe sous le charme de la haute silhouette brune d’un autre étudiant. À 22 ans, le futur écrivain se laisse rapidement prendre aux pièges d’une amitié amoureuse aux frontières dangereuses. De trois ans son aîné, Paul Darrigrand est marié et son épouse est une jeune femme sympathique qui l’invite à dîner et avec laquelle ils partent en vacances. Mais comment résister aux avances de cet alter ego mystérieux qui ne lui promet rien tout en lui faisant entrevoir beaucoup ? Coïncidence ou conséquence, le jeune homme tombe malade et voit ses nuits disparaître dans les méandres glaciales de l’hôpital. À la suite de son roman précédent, Arrête avec tes mensonges, ce texte intime donne à l’auteur l’occasion d’explorer ses amours de jeunesse avec un regard ému mais sans concession.

Pourquoi c’est neuf en 2019? Parce que les histoires d’amour impossibles dans la littérature sont encore rarement celles d’un coup de foudre entre deux hommes.

  • UN CERTAIN PAUL DARRIGRAND, PHILIPPE BESSON, 216 P., ÉD. JULLIARD (À PARAÎTRE LE 23/1).
03

Terre-à-terre

Quelle tyrannie les objets exercent-ils sur nos vies ? À l’occasion d’un trajet dans une camionnette louée pour transporter un affreux canapé-lit, le narrateur évoque avec son frère et sa belle-sœur les mauvais tours que la réalité matérielle leur a joué depuis l’enfance. Des grands-parents radins aux toilettes parfumées au jasmin en passant par les pertes de sacoches, les bouteilles de Coca-Cola infectées, les pulls de marin équivoques et les sonnettes piégées, tout est bon pour nous faire rire et réfléchir tandis que le paysage défile entre Paris et les petites villes engourdies du centre de la France. Difficile de s’endormir en route sous les assauts féroces et comiques de l’auteur et de son récit-conversation aux accents autobiographiques.

Pourquoi c’est neuf en 2019? Parce que peu de romanciers sont capables d’emmener leurs lecteurs avec autant de décontraction et d’autodérision sur les autoroutes désertées de la trivialité.

  • LE VOYAGE DU CANAPÉ-LIT, PIERRE JOURDE, 272 P., ÉD. GALLIMARD.

Lisez aussi: