On sait bien que la Saint-Valentin, c’est une fête commerciale, et que l’amour, c’est tous les jours. Mais ça reste une chouette occasion de prendre un moment à deux, avec celui ou celle qu’on aime ou dont on voudrait bien partager les matins. Nous avons interrogé cinq personnalités belges sur leurs endroits favoris pour manger en roucoulant. Par Florence Hainaut.

Pierre Marcolini, chocolatier de génie

LE BAR À VIN DU FRENCHIE, PARIS, FRANCE

C’est une adresse qui ne paie pas de mine, dans une minuscule ruelle du quartier du Sentier. Piloté par Grégory Marchand (baptisé le Frenchie par Jamie Olivier, lorsqu’il officiait à ses côtés au Fifteen à Londres), ce bar à vins est une bonne façon de découvrir le talent du chef en toute décontraction. « On y mange divinement bien et comme chacun sait, le bon vin peut aider quand il s’agit de séduire. » Ici, pas de menu cinq services ni de nappe, mais des tables hautes et une carte limitée avec des plats individuels ou à partager. « Il y a un côté décomplexé, relax, sympa pour passer une soirée en amoureux ou entre amis. »

LE CHALET DE LA FORÊT, BRUXELLES

« Le gastronomique, le faste, un lieu d’apparat extraordinaire. Les tables sont éloignées, on peut se chuchoter des mots doux. Et puis la cuisine de Pascal peut nous aider aussi à trouver les mots, cette énergie pour faire une jolie déclaration. On passe toujours un très joli moment à deux dans cet endroit magnifique, avec ce chef que j’adore. »

LA GRENOUILLÈRE, LA MADELAINE- SOUS-MONTREUIL, FRANCE

« Pour un week-end romantique, à proximité du Touquet. Il y a énormément de poésie dans la cuisine d’Alexandre Gauthier. »

Joëlle Scoriels, brillante animatrice

IL PASSATEMPO, BRUXELLES

« Je sors aussi souvent qu’un anachorète unijambiste, aussi ai-je poussé la porte du Passatempo pour la première fois il y a quelques semaines à peine. Le décor est assez sobre et chaleureux, l’accueil assez gracieux, l’assiette de pâtes aux truffes assez parfaite, et le Primitivo di Manduria générateur de franc plaisir. Le tête-à-tête que j’y ai dégusté fut feutré et il a amorcé une seconde partie de soirée particulièrement réussie. »

  • 32 RUE DE NAMUR, 1000 BRUXELLES.

L’OGENBLIK, BRUXELLES

« En ma qualité de fille simple, j’éprouve de la joie à me rendre à l’Ogenblik. Une enseigne hyper traditionnelle dans le vieux Bruxelles, avec du sable blanc sur le plancher comme dans l’ancien temps et une carte des plus charmantes : elle affiche de croustillants ris de veau qui me rendent toute fondante. »

LES GARÇONS BOUCHERS, BRUXELLES

« Pour moi qui suis fébrilement carnivore, voici où se procurer de l’excellente barbaque. Il faut aller en amoureux dans cette boucherie reprise récemment par deux jeunes bonshommes sympathiques et se laisser affoler par les entrecôtes splendidement persillées, les boudins au foie gras et l’inimitable bœuf maturé fumé débité en carpaccio. »

DIEWEG 112, 1180 BRUXELLES. WWW.LESGARCONSBOUCHERS.BE.

Sébastien Ministru, auteur décapant

LA MAMOUNIA, MARRAKECH, MAROC

« Le luxe comme s’il transpirait des palmiers, une orgie de décors et de paysages. Je me vois bien essayer toutes les terrasses de La Mamounia, une sorte de Kamasutra de la terrasse pour boire du champagne à 10 h du matin, redire à Serge que je l’aime même si, après deux coupes, je décolle facilement avec mes questions à la con façon Bardot dans Le Mépris : “Si tu devais dire une chose que tu aimes le plus en moi, ce serait quoi ?” ou “Pour toi, ma plus belle qualité, c’est quoi ?” Je dis “Je me vois bien”, car je ne suis jamais descendu à La Mamounia. Donc, si Serge lit cet article… »

MAMY LOUISE, BRUXELLES

« C’est un restaurant qui nous sert de refuge et qui contient un morceau de notre histoire d’amour, avec un petit côté Sempé — le petit couple du fond qui a sa table réservée et ses petites habitudes… On vient de célébrer nos 32 ans de vie commune et comme je le dis souvent (ce qui a l’art d’énerver Serge) : “C’est plus une histoire d’amour, c’est une brocante.” Le décor du Mamy Louise est tellement inscrit dans notre histoire qu’on y a fêté ce qu’il fallait fêter et appris de mauvaises nouvelles… C’est un restaurant où la qualité est constante et où le personnel — Nadine, la patronne, Milena, Yannick, Antoine… — est le témoin privilégié d’un tête-à-tête qui a démarré il y a longtemps et dont je ne me lasse toujours pas. Si Serge lit cet article : tu peux rougir, mon gars ! »

LE BEST WESTERN BRUSSELS SOUTH, RUISBROECK

« C’est un hôtel en bord d’autoroute, l’E19. Je vais passer pour une personnalité dysfonctionnante atteinte d’un trouble non encore identifié par l’OMS, mais je vous jure que cet hôtel me fait fantasmer… À chaque fois qu’on passe devant, je ne peux m’empêcher de me faire des films en imaginant des vies, des scènes, des rencontres et plus si affinités. J’adore l’idée de se retrouver le soir dans un motel en bord d’autoroute pour fêter la Saint-Valentin et boire du champagne avec, en arrière-fond, le bruit et les lumières des voitures qui filent.. Si Serge lit cet article, et s’il n’a pas assez de sous pour La Mamounia, je suis partant pour le Best Western Brussels South. »

Véronique Gallo, humoriste attachante

ENOTECA, LIÈGE

« Pour moi, c’est le meilleur italien à Liège, d’ailleurs c’est devenu le seul où je vais. Un niveau de cuisine gastronomique, mais aux tarifs corrects. Je vous le dis : une tuerie ! Et il y a moyen d’avoir une petite table intime pour des repas en amoureux. »

TANDEM, BRUXELLES

« Ça vient d’ouvrir, j’y suis allée récemment avec mon copain, c’était super bon, avec des vins nature vraiment chouettes. »

  • 41 AVENUE ADOLPHE DEMEUR, 1060 BRUXELLES.

CHEZ JENNY, PARIS, FRANCE

« C’est une vieille brasserie alsacienne, j’adore ce genre de cadre. Tu manges soit un plateau de fruits de mer ( je suis une dingue des huîtres), soit de la cuisine alsacienne. Je recommande la flammekueche à la choucroute. Je sais que ça ne donne pas envie, mais j’ai rarement mangé quelque chose d’aussi bon. Rien que d’en parler, je salive. »

Charlie Dupont, comédien qui décoiffe

« En préambule, il faut quand même rappeler que le meilleur endroit où manger pour la Saint-Valentin, c’est dans les yeux de la femme qu’on aime. J’ai connu des pompes à essence plus romantiques que des étoilés. Pour peu qu’on soit “heureux comme un Italien quand il sait qu’il y aura de l’amour et du vin”. Ce préambule politiquement supercorrect étant acquis, il faut reconnaître qu’il y a des endroits qui sont plus propices à l’amour que d’autres… »

LA COLOMBE D’OR, SAINT-PAUL-DE-VENCE, FRANCE

« Pour le luxe ultime de la sensation de manger simultanément dans l’atelier de Picasso, Miró et Calder, sur une terrasse dans la garrigue. C’est là que j’ai demandé la main de Tania (la comédienne Tania Garbarski, NDLR). »

PLACE DU GÉNÉRAL DE GAULLE, 06570 SAINT-PAUL- DE-VENCE. WWW.LA-COLOMBE-DOR.COM.

GIRAFE, PARIS, FRANCE

« On y mange simplement bien (c’est une brasserie chic), mais c’est surtout la vue qui favorise l’érection. Un rendez-vous intime avec la tour Eiffel. »

LA MEILLEURE JEUNESSE, BRUXELLES

« Parce que ça porte bien son nom et qu’on est toujours jeune quand on est amoureux, et inversement. Il est dans la rue où habitait Manu Thoreau. C’est peut-être un détail pour vous… »

Découvrez plus de bons plans pour la St-Valentin dans le GAEL de février, disponible en librairie!

GAEL février

Lisez aussi: