Du retour très attendu de Lukas Dhont au premier film coup de poing de Lola Quivoron, notre journaliste ciné Juliette Goudot vous livre son top 3 du mois. Par Juliette Goudot.

Close

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Prodige du cinéma belge, à seulement 31 ans, Lukas Dhont a remporté le Grand Prix du Festival de Cannes pour son second long métrage. Quatre ans après Girl, portrait extrême d’une danseuse transgenre, le Gantois poursuit le récit d’émancipation à travers l’histoire d’une amitié fusionnelle entre deux pré-adolescents. Lyrique, passionné, le film nous fait aussi la grâce de redécouvrir une Émilie Dequenne exceptionnelle en mère blessée. On ne vous en dit pas plus…

EN SALLES LE 2/11.

Un beau matin

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Les films de Mia Hansen-Love transmettent souvent un sentiment de vie et de quotidien difficile à atteindre au cinéma. Ici, elle réunit deux mouvements en apparence contradictoires, une histoire d’amour et la perte d’un parent. En double de la cinéaste, Léa Seydoux nous bouleverse dans le rôle de Sandra, qui traverse l’expérience du deuil et de la renaissance, avec un Pascal Greggory exceptionnel dans un grand second rôle.

EN SALLES LE 19/10.

Rodeo

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

On aurait envie d’écrire : « Putain de film ! », tant le premier film de Lola Quivoron nous frappe au cœur et au corps. La cinéaste s’est immergée pendant quatre ans dans le milieu du « cross bitume » et de la « bike life », où de jeunes riders à moto s’entraînent dans des lieux désaffectés. En rencontrant Julie Ledru, qui fait partie des rares filles à pratiquer cette passion, elle a pu écrire un film de fiction, portrait flamboyant d’une « héroïne voyou » qui nous fait découvrir la communauté des bikers tout en nous emportant dans un vertige de cinéma où l’amour, la solitude et l’envie de tout brûler nous marquent pour longtemps.

EN SALLES LE 9/11.

+ D’ACTIVITÉS AUTOMNALES: