Une fois passée l’euphorie des fêtes, rêvez au coin du feu grâce à la sélection cadeaux de notre journaliste.

DE L’OMBRE À LA LUMIÈRE

Légende du rock et de la musique country US, Johnny Cash possède comme la plupart des stars une part d’ombre à la fois nécessaire et terrifiante. Le dessinateur et scénariste allemand Reinhard Kleist (auteur également d’une biographie de Nick Cave publiée chez Casterman) est parvenu à extraire avec un trait vif et coupant les éléments décisifs d’une existence en dents de scie. Rythmant son récit en noir et blanc avec les paroles allégoriques du chanteur, il a choisi de mettre notamment en exergue l’enfance du jeune Johnny, mis très tôt à contribution dans les champs de coton avec ses frères et sœurs, ses démêlés avec la drogue et les tourments de sa vie sentimentale.

Pour qui ? Pour notre père, qui entretient en secret les regrets d’une carrière de rock-star.

  • JOHNNY CASH, REINHARD KLEIST, 224 P., ÉD. CASTERMAN.

LA SPIRITUALITÉ DES HERBES FOLLES

Journaliste, romancier et présentateur télé, Franz-Olivier Giesbert n’est pas du genre à allumer une petite bougie pour méditer seul dans son coin. Quand cet amoureux de la vie découvre Dieu, il faut absolument qu’il le chante, le danse et le raconte dans un livre de 33 chapitres. Impossible pourtant au bout de quelques pages de ne pas pardonner et partager l’exubérance de cet ami des bêtes. Son Dieu à lui ne se trouve pas dans les livres, mais dans le regard d’une chèvre ou la caresse d’un ciel d’été. Farouchement opposé à la maltraitance des animaux et de la nature en général, l’écrivain convoque la pensée des grands philosophes assaisonnée de quelques anecdotes personnelles et piquantes pour remettre l’homme à sa place et dessiner les contours d’une nouvelle religion basée sur l’harmonie entre les êtres vivants.

Pour qui ? Pour notre belle-sœur adorée qui manque d’arguments pour convertir toute la famille aux steaks de tofu.

  • LA DERNIÈRE FOIS QUE J’AI RENCONTRÉ DIEU, FRANZ- OLIVIER GIESBERT, 192 P., ÉD. GALLIMARD.

ON THE ROAD AGAIN

Il y a les vacances en mode « paréo- mojito » et les vacances façon « safari- photos ». Pour les amateurs de cette deuxième formule, les auteurs des guides du Routard ont sélectionné 40 circuits sur les plus belles routes de la planète. De la playlist musicale aux conseils vestimentaires sans oublier les bons plans logement et les histoires locales, on trouve tout ce qu’il faut pour rêver et organiser son prochain voyage. L’occasion de se mirer dans l’eau des fjords, de tutoyer les ours canadiens ou de jouer les aventuriers en Patagonie.

Pour qui ? Pour notre collègue qui meurt d’envie d’alimenter son compte Instagram déjà colonisé par les photos de son chat.

  • ROADTRIPS, 312 P., ÉD. HACHETTE.

UN MONDE INSOUPÇONNÉ

Comment réinventer sa vie à partir de rien ? Quand sa femme lui apprend qu’elle veut divorcer, le narrateur fait sa valise et part sur la route le jour même. Ce jeune peintre, qui a laissé de côté sa créativité pour réaliser des commandes de portraits, est pour la première fois en face d’une toile vierge. Celle de son existence et celle qu’il contemple tous les matins afin de trouver l’inspiration. Bien décidé à profiter de cette rupture pour se découvrir une identité artistique, il sillonne le Japon et s’isole dans la demeure d’un vieux peintre au milieu des montagnes. Dans ce roman en 2 tomes, Haruki Murakami explore à ciel ouvert les grands thèmes qui ont façonné ses précédents ouvrages (Kafka sur le rivage, 1Q84), comme la solitude, le rêve, l’amour et la musique. Que l’on soit déjà une admiratrice du romancier japonais ou non, difficile de résister à l’envoûtement de cette fiction qui nous emmène aux frontières du réel en nous tendant le miroir inquiétant de notre chaos intérieur.

Pour qui ? Pour notre meilleure amie qui hésite chaque matin à tout plaquer pour exprimer enfin sa personnalité.

  • LE MEURTRE DU COMMANDEUR. UNE IDÉE APPARAÎT (TOME 1), 456 P., LA MÉTAPHORE SE DÉPLACE (TOME 2), 480 P., HARUKI MURAKAMI, ÉD. BELFOND.

PÂTISSERIE AMOUREUSE

Une femme prépare des gâteaux la nuit, seule dans sa cuisine. La seule évocation de ce décor nous plonge dans le charme énigmatique d’un tableau d’Edward Hopper. Pourtant, la romancière hollandaise Margriet de Moor ne nous tient pas éloignée de son héroïne et nous fait basculer dès le début dans ses pensées. Le mystère demeure enfermé dans l’atmosphère chaude et parfumée de la pièce où s’active cette inconnue perdue dans ses souvenirs. Qui est-elle ? Qui est l’homme qui dort dans sa chambre à l’étage et qu’elle semble avoir rencontré le matin même ? Pourquoi son mari s’est-il suicidé au bout de quatorze mois de mariage ? On se laisse vite ensorceler par l’écriture féminine et sensuelle de ce court roman qui fait lever et dorer tout en douceur les ingrédients d’une possible histoire d’amour.

Pour qui ? Pour notre mère, qui n’a jamais eu besoin de peines de cœur pour réaliser de délicieux cakes au citron.

  • AU PREMIER REGARD, MARGRIET DE MOOR, 148 P., ÉD. GRASSET.

IN VINO VERITAS

Le vin se raconte autant qu’il se boit. Que l’on s’arrête à l’étiquette ou que l’on s’aventure dans les cépages, il y a tellement de choses à dire sur cette boisson aussi riche en symboles qu’en alcool… Pour nous remettre les idées en place, cette histoire du vin reprend les choses par le commencement, c’est- à-dire avec Noé, l’un des premiers vignerons, en passant par les celliers de la Grèce antique, l’ivresse des poètes musulmans, l’invention de la bouteille au Moyen Âge pour aboutir au tout-puissant guide Parker et à la commercialisation des vins dits « du Nouveau Monde ». Vivant et bien documenté, ce récit en images ne manque pas de saveur.

Pour qui ? Pour notre frère, qui rêve d’avoir quelque chose à dire quand il fait pivoter son verre de vin d’un air inspiré.

  • L’INCROYABLE HISTOIRE DU VIN, BENOIST SIMMAT ET DANIEL CASANAVE, 224 P., ÉD. LES ARÈNES.

Spécial Noël: