La Canne en Ville, c’est LA bonne adresse des gourmets bruxellois. Un vent d’air frais souffle sur cet établissement récemment repris par le talentueux chef Kevin Lejeune. (Re)découverte de ce délicieux restaurant où règnent l’authenticité et la gourmandise.

Photos: (c) Jean-Jacques De Neyer et la Canne en Ville

01

Le charme et l’authenticité

Derrière le rideau noir, se cache une salle respirant l’authenticité. Cette ancienne boucherie a conservé ses splendides carrelages et son charme d’antan. Sur le mur de gauche, trône fièrement la fameuse canne, qui a donné son nom à cet établissement. Des murs à l’assiette: la décoration est pensée avec élégance et subtilité. On adore le caractère cosy et vintage de la pièce presque autant que la délicate vaisselle. L’arrivée de Kevin Lejeune aux fourneaux de cet établissement qui célèbre son quart de siècle n’a pas bouleversé l’atmosphère de ce restaurant, pour le plus grand bonheur des habitués.

02

La qualité des produits

La cuisine proposée à la Canne en Ville est à l’image de la décoration: élégante, authentique et d’une (très) grande qualité. Le chef ne se laisse pas influencer par les tendances: il préfère miser sur des produits de qualité, des intemporels qu’il sublime avec aisance. Saint-Jacques agrémentées d’une pointe de yuzu, canard sauvage et sa moutarde miso: le chef opte pour des grands classiques avec une légère influence japonaise, résultat de ses 10 années de travail auprès de David Martin. Ses menus varient au fil des saisons, en fonction des produits disponibles. Nous avons dégusté une mise en bouche composée de champignon et de fromage de chèvre, une entrée parfaitement relevée constituée d’un maquereaux au vinaigre, de crème d’avocats et d’un bouillon dashi. Pour le plat, nous nous sommes régalées avec son canard sauvage accompagné de trompettes de la mort, topinambours et moutarde miso. Et, enfin, pour ponctuer le repas, des clémentines servies avec une glace onctueuse et un gâteau au miel. Un pur régal!

03

La créativité du chef

Malgré son jeune âge, le chef ne manque pas d’expérience. La « Découverte de l’Année » selon le prestigieux guide Gault & Millau a travaillé pendant 10 années aux côtés de son mentor, le chef David Martin (qui n’est autre que le chef de l’année selon le Gault & Millau et qui vient de décrocher une deuxième étoile pour son fabuleux travail au restaurant La Paix). Kevin Lejeune a parfaitement maîtrisé son départ des cuisines de La Paix en reprenant cet établissement très apprécié des Bruxellois. Il peut compter sur le soutien de sa partenaire, Virginie Essers pour diriger son restaurant. Un duo détonnant entouré d’une équipe discrète mais tout aussi talentueuse. Le chef verra-t-il son travail récompensé d’une étoile? Seul le temps nous le dira, mais il ne fait aucun doute que le Guide Michelin se penchera attentivement sur ses assiettes gourmandes dans les années à venir.

  • La Canne en Ville, Rue de la Réforme 22, 1050 Ixelles, Réservations au 02 347 29 26, Vendredi soir et samedi soir le restaurant ne sert que des menus. Fermeture annuelle du 23 Décembre au 14 Janvier inclus.

Plus de bonnes adresses bruxelloises: