Nombreux sont les couples qui partent avec une valise remplie d’envies romantiques et rentrent chez eux avec plus de désillusions que de photos-souvenirs. PAR GOELE TIELENS, AVEC LA COLLABORATION DE MARIE AUBIN.

En voyage avec son copain, Lindsay, 26 ans, s’est rendu compte qu’elle et lui n’avaient pas grand chose en commun.

Des attentes contradictoires… et inconciliables

« J’étais en couple avec Philippe depuis deux ans quand nous avons décidé de faire un
voyage. Perso, j’adore l’aventure, mais ça ne lui disait rien. Il avait besoin de luxe. Je me suis dit qu’une petite concession ne me tuerait pas et nous avons réservé des vacances all-inclusive en Turquie. En plus, dixit Philippe, cela nous coûterait finalement moins cher. Je n’avais jamais voyagé de cette façon, mais je me réjouissais. Nous allions dans un resort, mais nous pourrions faire des excursions et découvrir la région. Je sortais d’une période de boulot intense et lire un bouquin au bord de la piscine me ferait du bien.

Mais j’ai bien dû me rendre à l’évidence : ce genre de voyage ne me fait pas rêver. Philippe ne faisait rien de mal, mais la moindre petite chose m’irritait. Il remplissait son assiette à ras bord au buffet et en laissait la moitié. Moi, ça me rendait dingue, lui trouvait ça normal puisque “c’était quand même gratuit”. Si j’avais envie d’aller manger dans un restaurant local, il me rétorquait que c’était du gaspillage, puisqu’on mangeait à l’hôtel “sans dépenser un balle”. Moins il avait envie de faire des excursions, plus je doutais de notre relation. J’avais beau l’aimer : ce buffet et ces frites me sortaient par les oreilles. Et glander des journées entières au bord de la piscine, très peu pour moi.

« Je ne voulais pas quitter Philippe pendant nos vacances, mais quand j’ai mis fin à notre relation un peu plus tard, il a eu l’air de tomber des nues. »

J’aurais mieux fait de rester en Belgique. Il me demandait sans arrêt ce qui n’allait pas, mais je me refermais de plus en plus. Le matin, je me levais plus tôt afin d’aller me promener aux alentours de l’hôtel et pendant la journée, je participais à un maximum d’activités en groupe, tandis qu’il faisait bronzette. J’ai rencontré des gens sympas et j’ai fait ce que j’ai pu pour passer du bon temps, mais j’étais tout de même soulagée de pouvoir rentrer après dix jours.

Je ne voulais pas quitter Philippe pendant nos vacances, mais quand j’ai mis fin à notre relation un peu plus tard, il a eu l’air de tomber des nues. Il avait adoré ce voyage, qui lui avait fait un bien fou. Pour moi, c’était douloureusement clair: Philippe est un mec gentil, mais ces vacances m’ont montré que nous étions trop différents et qu’une vie à ses côtés était impensable. Lors d’un voyage de rêve avec mon nouveau copain, l’an dernier en Thaïlande, j’ai compris que j’avais fait le bon choix, il y a deux ans. »

Plus de témoignages de « Vacances tue-l’amour » dans le GAEL de septembre, disponible en librairie!

GAEL en septembre

Plus de témoignages: