On les accuse d’impacter nos vies familiale, sociale voire sentimentale. Mais si les réseaux sociaux n’étaient pas toujours un élément destructeur?

Vous pensez que les réseaux sociaux sont des briseurs de ménages? Cette étude menée par des chercheurs américains et diffusée dans le magazine Usbek et Rica risquent bien de vous surprendre.

Le virtuel, un tue-l’amour?

Vos soirées romantiques se résument à scroller Facebook en regardant Netflix en « amoureux »? Votre téléphone est le « troisième membre » de votre couple? Instagram, Facebook, Snapchat ou encore, plus récemment, Vero: les réseaux sociaux prennent énormément de temps dans notre quotidien. Mais pour autant, ces plateformes virtuelles dégradent-t-elles réellement nos relations « in real life »? Non, si on en croit une étude américaine révélée ce 1er février 2018. Trois chercheurs ont analysé un panel de personnes et leur consommation des réseaux sociaux. Verdict? Le temps que nous perdons à scroller n’empiéterait pas sur le temps consacré à notre vie sociale (OUF). Selon eux, le temps que nous passons sur Facebook, Instagram et compagnie réduit le temps que l’on consacre aux autres médias et ne réduirait pas le temps que l’on accorde aux échanges réels.

Une étude tronquée?

Cependant, si l’étude peut sembler positive, elle connaît malheureusement des limites. En effet, le panel choisi par les chercheurs n’est pas assez large puisqu’ils n’ont étudié que les cas de personnes nées avant 1980 (or on sait pertinemment que les 18-25 ans sont de très grands consommateurs de réseaux sociaux). Autre limite, si votre smartphone et toutes ces applications n’influencent pas le temps passé avec votre conjoint, il réduit malheureusement, très souvent, la qualité de ces échanges. Combien de fois vous n’avez pas checké vos mails, vos notifications ou répondu à un message alors que vous étiez en tête-à-tête amoureux ou avec des amis? Alors lâchez votre téléphone et profitez de ces instants avec chéri(e) sans prendre 1868 selfies!

Plus de love: